Inde : une usine d'iPhone saccagée par des ouvriers mal payés

Inde : une usine d'iPhone saccagée par des ouvriers mal payés

COLÈRE - Le mécontentement d'ouvriers d'une usine de fabrication d'iPhone a dégénéré en émeute samedi. Ces employés dénonçaient le non versement de salaires. Des vitres, mais aussi des meubles et unités de montage ont été détruits.

Absence de salaire, heures supplémentaires non payées... Les ouvriers d'une usine fabriquant des iPhone en banlieue de Bangalore ont vivement exprimé leur colère samedi s’estimant exploités depuis quatre mois. 

Ils ont littéralement mis à sac l'entreprise du groupe taïwanais Wistron Infocomm Manufacturing. Des images tournées sur place ont montré des vitres pulvérisées et des voitures renversées. Les caméras de vidéo-surveillance, des lampes et des ventilateurs ont également étés brisés et une voiture a été incendiée. Une centaine de personnes ont été arrêtées à la suite de ces débordements.

Sans salaire depuis quatre mois

Des médias locaux rapportent que des employés se plaignaient de ne pas avoir été payés depuis quatre mois et d'avoir été contraints à faire des heures supplémentaires. "La situation est maintenant sous contrôle. Des équipes spéciales ont été mises sur pied pour enquêter sur cet incident", a affirmé dimanche à l'AFP la police locale, ajoutant qu'on ne déplorait aucun blessé.

Le ministre en chef adjoint de l'Etat du Karnataka, C.N. Ashwathnarayan, a dénoncé des actes de violence gratuite et ajouté que son gouvernement veillerait à ce que la lumière soit faite "sans tarder" sur cette affaire. "Nous nous assurerons de ce que les droits des travailleurs soient protégés et que les sommes dues leur soient versées."

Un responsable syndical local a dénoncé  de son côté "l'exploitation brutale" des ouvriers de l'usine. "Le gouvernement de l'Etat a permis que l'entreprise s'affranchisse du respect des droits fondamentaux" des employés, a déclaré au quotidien The Hindu ce responsable syndical. Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès de Wistron.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Plus de 5.950 Français en réanimation, 324 décès en 24h

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Castex annonce la suspension de tous les vols entre le Brésil et la France "jusqu'à nouvel ordre"

Variant brésilien : comment éviter sa propagation en France ?

Lire et commenter