Où va Carles Puigdemont, le président destitué du gouvernement catalan ?

International
Présent à Bruxelles depuis ce lundi, d'où il devrait s'exprimer ce mardi midi, Carles Puigdemont laisse planer le mystère sur son avenir immédiat et ses intentions quant à l'avenir politique de la Catalogne, dont la mise sous tutelle a été enclenchée ce lundi.

Carles Puigdemont est un homme très attendu chez les indépendantistes. Le président destitué de la Generalitat, menacé par des poursuites judiciaires qui pourraient lui valoir jusqu'à 30 ans de prison pour "rébellion", a été aperçu ce lundi soir à Bruxelles, d'où il pourrait s'exprimer ce mardi. 


Silencieux depuis dimanche après avoir salué la victoire de l'équipe de sa ville de Gérone face au Real Madrid, il a quitté la Catalogne lundi 30 octobre en début de journée, accompagné de cinq de ses conseillers destitués, pour direction Marseille, d'où le groupe aurait pris l'avion pour Bruxelles. Sur place, Puigdemont a rencontré Me Paul Bekaert, avocat spécialiste des questions d'asiles et connu pour avoir notamment défendu des ressortissants basques accusés d'appartenir à l'organisation indépendantiste ETA.

Exil ou prise de recul ?

Lequel a contesté que l'ancien journaliste soit "en Belgique pour demander l'asile", tout en reconnaissant que leur rencontre a tout de même consisté à se préparer juridiquement au cas où Madrid, qui a mis la Catalogne sous tutelle et le poursuit après qu'il a proclamé l'indépendance de la communauté autonome, donnait corps aux poursuites qui lui sont promises.


Un "non-sens" pour ses opposants, un "exil" pour certains de ses alliés, alors que sa réaction aux annonces de Mariano Rajoy et à la prise de pouvoir de l'exécutif castillan est très attendue. Va-t-il contester la mise sous tutelle, alors qu'aucun Etat officiel n'a reconnu la proclamation d'indépendance ? Encourager les partisans de l'indépendance à participer aux élections du 21 décembre, convoquées par Mariano Rajoy ? Expliquer qu'il ne se rendrait pas aux autorités madrilènes ? La prise de parole est attendue à 11h30.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Indépendance de la Catalogne : la crise sans fin avec Madrid

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter