Indépendance de la Catalogne : avec 80,7% le "oui" écrase le "non"

International
INDEPENDANTISME - Dimanche 9 novembre, 2 millions de catalans ont participé au vote symbolique sur l'indépendance de la Catalogne (Espagne). 80,7% des votants se sont exprimés "pour" l'éloignement de Madrid, qui menace les organisateurs du scrutin de poursuites.

Un référendum pour rien, mais un résultat qui veut dire beaucoup. Dimanche 10 novembre au soir, la Catalogne dépouillait les votes de la première consultation à grande échelle des habitants sur l'indépendance. Selon les premiers résultats, 80,7 % des votants se sont prononcés "pour". Les participants devaient répondre à deux questions : "Souhaitez-vous que la Catalogne soit un Etat ? Et si "oui", souhaitez-vous qu'il soit indépendant ?" 1,6 million d'entre eux a donc répondu "oui" selon des résultats provisoires.

Mais ceux-ci doivent cependant être interprétés avec prudence. Quelque 5,4 millions de Catalans pouvaient en théorie participer à cette consultation ouverte aux jeunes à partir de 16 ans et aussi aux étrangers résidant en Catalogne. Les Catalans à l'étranger – New York, Sydney, Paris… – pouvaient également se rendre dans des centres de vote. Par ailleurs, les opposants à l'indépendance avaient déjà annoncé qu'ils boycotteraient le scrutin.

EN SAVOIR + >> Pourquoi il faut prendre le référendum catalan avec des pincettes

Des poursuites ?

Pour autant, les organisateurs voient dans ce résultat un "signe" qui montre bien que les Catalans ont envie de s'exprimer sur la question et réclament désormais la tenue d'un véritable référendum, comme celui qui s'est tenu en Ecosse il y a quelques semaines.

Mais pas sûr que Madrid se décide à bouger. Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a même menacé de poursuites les organisateurs du scrutin. En l'organisant, Artur Mas, le président catalan, savait qu'il passait outre deux décisions du tribunal constitutionnel . L'instance avait ordonné la suspension du vote à la demande de Madrid. Pour le gouvernement central, c'est en effet toute l'Espagne, et pas seulement la Catalogne, qui doit se prononcer sur l'avenir de la région.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter