Ingénieur français tué en Libye : une enquête ouverte à Paris

Ingénieur français tué en Libye : une enquête ouverte à Paris

DirectLCI
BENGHAZI - Le parquet de Paris a diligenté une enquête préliminaire, lundi, après le meurtre la veille à Benghazi, en Libye, d'un ingénieur français qui participait à des travaux d'extension d'un hôpital. L'enquête a été confiée à l'Office central pour la répression des violences aux personnes de la police judiciaire.

Les intérêts français ont une nouvelle fois été pris pour cible en Libye. Après le meurtre d'un ingénieur français à Benghazi (Libye) dimanche , le parquet de Paris a diligenté une enquête préliminaire. Procédure habituelle quand un Français est victime d'un crime à l'étranger, cette enquête a été confiée à l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) de la police judiciaire.

Le personnel évacué

Patrice Réal, 44 ans, a été tué de plusieurs balles alors qu'il se trouvait dans un minibus avec d'autres employés. La victime travaillait pour la compagnie française IMPE (Ideal Medical Product Engineering), une compagnie spécialisée dans la réalisation des projets hospitaliers, qui a aussitôt évacué son personnel. Cette société, présente sur le site depuis 2009, a évacué dimanche soir une dizaine d'expatriés, dont deux Français, des Tunisiens et des Néerlandais.

Selon le Centre médical de Benghazi, IMPE était sur le point d'achever la deuxième phase de son chantier à Benghazi, qui comprend l'ajout de 300 lits et l'installation d'équipements. La première phase du projet avait été financée par l'Agence française de développement suite à une convention franco-libyenne signée en 2008, précise la compagnie sur son site internet . A la tête de la mission de coopération dans cet hôpital se trouvait l'ex-consul honoraire de France à Benghazi, Jean Dufriche, qui avait dû quitter le pays après avoir échappé à une tentative d'assassinat en juillet 2013.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter