Ingérence russe en 2016 : Trump revient sur ses propos trop conciliants et explique que sa langue avait fourché

Ingérence russe en 2016 : Trump revient sur ses propos trop conciliants et explique que sa langue avait fourché
International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

REVIREMENT - Le président américain Donald Trump a tenté mardi soir de limiter les dégâts causés par sa rencontre avec Vladimir Poutine lundi à Helsinki, en revenant totalement sur ses propos jugés trop conciliants à l'égard du maître du Kremlin. Il a plaidé l'erreur de la syntaxe et l'oubli d'une négation pour expliquer sa première déclaration.

Dans un moment pour le moins étonnant, Donald Trump a expliqué mardi s'être mal exprimé à Helsinki lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine. Lundi, il avait tout d'abord affirmé n'avoir aucune raison de ne pas croire les dénégations de Vladimir Poutine sur l'interférence de Moscou dans l'élection présidentielle américaine de 2016.

Ce mardi, il est donc revenu sur ses déclarations et a admis les conclusions de ses services de renseignements  sur le fait que la Russie avait  bien interféré dans cette campagne. Enjoint de reconnaître ses torts par des voix émanant de tout l'échiquier politique, y compris son propre camp, Donald Trump avait jusque-là semblé imperméable au déluge de critiques.

Lire aussi

La Russie a interféré dans l'élection de 2016"- Donald Trump

"J'accepte les conclusions de nos services de renseignements selon lesquels la Russie a interféré dans l'élection de 2016", a dit Donald Trump, en insistant sur son "respect" pour ces agences fédérales. Cette ingérence de Moscou "n'a eu aucun impact" sur le résultat du scrutin, a-t-il cependant ajouté. 

Pour justifier ce revirement, le président américain a affirmé avoir prononcé sa phrase polémique en oubliant d'y mettre une particule négative, donnant ainsi un sens contraire à son message. A Helsinki, Donald Trump a dit : "Je ne vois aucune raison pour laquelle cela serait la Russie (qui aurait procédé à cette ingérence)". Mardi, il a assuré qu'il souhaitait en fait énoncer les mots suivants : "Je ne vois aucune raison pour laquelle cela NE serait PAS la Russie" (qui aurait procédé à cette ingérence).

En vidéo

Revirement de Trump sur l'ngérence russe : les explications de notre correspondant

Le président Donald Trump protège nos élections".- Communiqué de la Maison blanche

Signe peut-être d'une nouvelle approche concernant la Russie, la Maison Blanche a diffusé mardi un communiqué au ton inhabituellement dur avec Moscou, intitulé comme suit: "Le président Donald Trump protège nos élections et tient tête aux activités néfastes de la Russie".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent