Ingérence russe : le FBI veut contacter une escort-girl biélorusse détenue en Thaïlande, qui dit détenir des preuves

Ingérence russe : le FBI veut contacter une escort-girl biélorusse détenue en Thaïlande, qui dit détenir des preuves

DirectLCI
RÉVÉLATIONS ? - Anastasia Vashukevich, escort-girl biélorusse emprisonnée en Thaïlande depuis plusieurs semaines, demande aux Etats-Unis de l’aider à sortir de prison en échange d’informations sur l’ingérence russe dans les élections américaines de 2016. Des agents du FBI ont récemment essayé d’entrer en contact avec elle, en vain.

Selon les informations d’un responsable thaïlandais transmises à CNN, des agents du FBI ont tenté de rencontrer deux "coachs sexuels" détenus dans une prison thaïlandaise. Ces derniers affirment détenir des preuves de l’intervention russe dans les élections américaines de 2016.


Les deux détenus, Anastasia Vashukevich et Alexander Kirillov, citoyens biélorusses, ont écrit le mois dernier à l’ambassade américaine de Bangkok. Ils ont demandé de l’aide pour leur libération, contre des informations sur cette présumée ingérence de la Russie. Les agents du FBI ont donc contacté le bureau de l’immigration thaïlandaise la semaine dernière pour essayer d’organiser une rencontre. Celle-ci a été refusée au motif que les détenus ne peuvent entrer en contact qu’avec leurs représentants légaux ou leurs familles, explique CNN.

En vidéo

Ingérence russe : l'enquête se rapproche de la Maison blanche

Une arrestation orchestrée par la Russie ?

Anastasia Vashukevich et Alexander Kirillov, plus connus sous les pseudos de Nastya Rybka et Alex Lesley, ont été arrêtés le 25 février dernier à Pattaya lors d’une descente de la police thaïlandaise à leur séminaire de formation sexuelle, avec dix autres "coachs sexuels" russophones. Selon eux, c’est la Russie qui a orchestré leur arrestation pour les empêcher de révéler des preuves de son ingérence dans la campagne américaine.


Anastasia Vashukevich prétend notamment détenir plus d’une heure d’enregistrement audio ainsi que des photos comme preuves. L’escort-girl biélorusse, qui affirme aussi être l’ancienne maîtresse de l’oligarque russe Oleg Deripaska, proche de Vladimir Poutine, dit avoir été témoin de plusieurs rencontres entre lui et des Américains en 2016 et 2017.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter