Ingérences russes pendant la campagne américaine : l’étau se resserre autour de Donald Trump Jr

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

TROUBLES – Selon le New York Times, le fils aîné du président américain Donald Trump savait que les informations susceptibles d’être fournies par une avocate russe qu'il a rencontrée durant la campagne s'inscrivaient dans le cadre des efforts de Moscou visant à favoriser l'élection de son père.

Donald Trump va-t-il finir par flancher en raison de sa progéniture ? Rien n’est moins sûr, mais force est de constater que l’étau se resserre autour du fils aîné du président des Etats-Unis. Alors qu’il a lui-même reconnu avoir rencontré une avocate russe proche du Kremlin, Natalia Vesselnitskaïa, pendant la campagne présidentielle américaine,  Donald Trump Jr. savait, selon le New York Times, que les informations susceptibles d’être fournies par la juriste russe s'inscrivaient dans le cadre des efforts de Moscou visant à favoriser l'élection de son père à la Maison blanche. 

Objectif : obtenir des informations embarrassantes sur l’adversaire démocrate du milliardaire, Hillary Clinton. Le célèbre journal cite trois sources ayant consulté un email envoyé à "Junior" par le publicitaire Rob Goldstone, qui avait arrangé la rencontre. Selon le NYT, le courriel de Goldstone indiquait clairement que le gouvernement russe était la source des informations potentiellement compromettantes pour Hillary Clinton.

Ironie et défiance comme ligne de défense

"Evidemment je suis la première personne d'une équipe de campagne à avoir jamais participé à une réunion pour écouter des infos concernant un opposant",  a ironisé lundi sur Twitter Donald Trump Jr. Plusieurs enquêtes, dont l'une menée par le FBI, sont en cours outre-Atlantique concernant des accusations de collusion entre la Russie et des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump, qui rejette catégoriquement cette hypothèse.

Et, même si le fils aîné, qui gère désormais les affaires de la Trump Organization, n'est pas un membre de l'administration, ses fonctions lors de la campagne ainsi que la présence à cette réunion de deux poids lourds, Jared Kushner (gendre de Donald Trump) et Paul Manafort (directeur de campagne à l’époque), ont poussé la Maison Blanche à s'expliquer. "La réunion était très brève. Aucune information n'a été fournie. Aucune action n'a été prise. Il n'y a pas eu de suivi", a défendu lundi Kellyanne Conway, la conseillère de Donald Trump. "C'était une procédure standard pour la campagne", a-t-elle ajouté.

En vidéo

La première rencontre officielle entre Donald Trump et Vladimir Poutine

Pour rappel, la rencontre entre Donald Trump Jr. et l'avocate russe a eu lieu en juin 2016 à la Trump Tower, à New York. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter