Interdiction de TikTok et WeChat : Joe Biden annule les mesures prises par Donald Trump

Interdiction de TikTok et WeChat : Joe Biden annule les mesures prises par Donald Trump

DÉCONSTRUCTION - Le nouveau président américain a annoncé, mercredi 9 juin, avoir remplacé les décrets pris par son prédécesseur, qui visaient à interdire les plateformes chinoises TikTok, WeChat et huit autres applications.

Sur ce plan aussi, Joe Biden prend le contrepied de Donald Trump. Le président américain a annoncé, mercredi 9 juin, avoir révoqué et remplacé les décrets pris par son prédécesseur pour interdire les plateformes TikTok, WeChat et huit autres applications. Le démocrate demande à la place une large enquête sur les risques posés par les applications Internet détenues par certaines puissances étrangères. 

Toute l'info sur

Biden et Harris à la Maison Blanche

Pour Donald Trump, les applications appartenant à des Chinois posaient des risques pour la sécurité nationale des États-Unis. Le milliardaire avait donc cherché à forcer la vente de TikTok à des investisseurs américains. 

Des directives "pour protéger les données personnelles sensibles"

Le nouveau décret pris par Joe Biden à identifier toutes les "applications logicielles connectées qui peuvent présenter un risque inacceptable pour la sécurité nationale des États-Unis et le peuple américain", y compris "les applications détenues, contrôlées ou gérées par des personnes qui soutiennent les activités militaires ou de renseignement d'un autre pays, ou sont impliquées dans des cyberactivités malveillantes, ou impliquent des applications qui collectent des données personnelles sensibles".

Il demande au département du Commerce et à d'autres agences fédérales d'élaborer des directives "pour protéger les données personnelles sensibles... y compris les informations personnellement identifiables et les informations génétiques" contre les abus.

Lire aussi

Donald Trump, lui, accusait WeChat - une plateforme omniprésente dans la vie des Chinois via ses services de messagerie, de paiements à distance ou de réservations - et TikTok - une application de courtes vidéos particulièrement populaire chez les jeunes - de récolter des données confidentielles, et de les partager avec l'administration chinoise. Des accusations d'espionnage que les compagnies en question ont toujours réfuté.

Il s'en était suivi une bataille judiciaire. Fin décembre, l'administration Trump avait fait appel d'une décision de justice empêchant le ministère du Commerce d'imposer à TikTok des restrictions, qui auraient abouti à l'interdiction du réseau social aux États-Unis. Mais en février, l'administration Biden avait demandé à la Cour d'appel de lui donner 60 jours pour étudier le dossier et se prononcer sur le maintien ou non de la requête formulée par le gouvernement Trump.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Angleterre : dépassé par le variant Delta, Boris Johnson décale d'un mois le déconfinement

Bac : diplômé à 13 ans en 2015, que devient Pierre-Antoine ?

Que se passe-t-il à la centrale nucléaire de Taishan, en Chine ?

EN DIRECT - Covid-19 : 63 décès en 24 heures, la pression sur l'hôpital poursuit sa décrue

VIDÉO - Mila dans Sept à Huit : "Peut-être que je serai morte dans cinq ans"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.