Interdire aux musulmans d'entrer aux Etats-Unis : Donald Trump sans limite

International

SURENCHÈRE EXTRÉMISTE – Le milliardaire Américain, candidat à à la primaire républicaine pour la Maison-Blanche a appelé lundi à interdire l'accès des Etats-Unis aux musulmans jusqu'à nouvel ordre, en réponse à la menace terroriste. Une proposition rejetée de toutes parts.

"Donald Trump est maintenant le Marine Le Pen américain", titre mardi le New Yorker. Il faut dire qu'avec sa proposition d'interdire l'entrée des musulmans aux Etats-Unis, le milliardaire américain franchit un degré supplémentaire dans la surenchère extrémiste. Il est toutefois coutumier du fait : après les attentats du 13 novembre en France, il s'était déjà prononcé pour la fermeture de mosquées et le fichage des musulmans .

Un sondage biaisé comme base de pensée

Cette fois, ce n'est pas via un dérapage verbal mais dans un communiqué que le candidat à la primaire républicaine pour la Maison-Blanche a avancé son idée radicale d'"arrêt total et complet de l'entrée des musulmans aux Etats-Unis", "jusqu'à ce que nous soyons capables de déterminer et de comprendre ce problème" de terrorisme auquel font face les Américains après la fusillade de San Bernardino .

Le milliardaire se justifie en affirmant que de nombreux musulmans sont favorables au djihad violent contre les Américains. Ou bien qu'ils préfèrent vivre en vertu de la charia (loi coranique) plutôt que de la Constitution américaine, citant un sondage commandé par un centre marginal dirigé par Frank Gaffney, qualifié d'islamophobe par le Southern Poverty Law Center, une organisation antiraciste.

Jeb Bush le traite de "déséquilibré"

"La haine dépasse l'entendement", a-t-il lancé dans la soirée lors d'un meeting en Caroline du Sud, évoquant le couple de tueurs de San Bernardino, qui a fait 14 morts mercredi et les auteurs des attentats de Paris. "Ça ne fait qu'empirer, et on va avoir un autre World Trade Center", a prévenu Donald Trump, indiquant ses faveurs à une surveillance de masse des musulmans.

Si cette proposition va sans nul doute rejoindre notre diaporama photo des "pires sorties" du candidat républicain, celle-ci, qui semble directement enfreindre la Constitution américaine et l'interdiction des discriminations religieuses, a suscité un tollé tout particulier. Y compris chez ses rivaux républicains, de Marco Rubio à Chris Christie. Jeb Bush, qui avait, après les attentats de Paris, proposé d'exclure les réfugiés syriens musulmans, l'a traité de "déséquilibré".

À LIRE AUSSI
>>
PHOTOS — Trump, le pire du pire : quand il dit devant une assemblée juive qu'il est "un négociateur"... comme eux
>>
Immigration : les propositions-chocs de Donald Trump

Alors que Barack Obama, avait enjoint dimanche les Américains à éviter les amalgames entre le groupe Etat islamique et l'islam, la Maison Blanche a dénoncé une idée "contraire à nos valeurs". "Donald Trump, vous ne comprenez rien. Cela affaiblit notre sécurité", a de son côté réagi Hillary Clinton sur Twitter.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter