Intervention russe en Ukraine : les précédents moldave et géorgien

Intervention russe en Ukraine : les précédents moldave et géorgien

DirectLCI
ZOOM - La mobilisation des troupes russes en Crimée rappelle de précédentes interventions déclenchées par Moscou dans les ex-républiques soviétiques de Moldavie et de Georgie en 1991 et en 2008.

Ce n'est pas la première fois que la Russie, qui a voté samedi le déploiement de forces armées en Ukraine, intervient dans une ex-république soviétique pour soutenir les populations pro-russes. Retour sur deux exemples qui ont marqué l'histoire récente de la région périphérique russe.

Géorgie : une guerre éclair
Il n'aura fallu que cinq jours à l'armée russe, en août 2008, pour mater les forces géorgiennes,lancées dans une offensive dans la province d'Ossétie du Sud, théâtre d'accrochages entre milices séparatistes et soldats géorgiens. L'ordre d’intervenir donné par le Kremlin était alors motivé par la proximité avec la Russie de la population d'Ossétie du Sud, majoritairement russophone, et suivait un plan mis sur pied depuis 2006. Engageant plusieurs milliers de soldats pour renforcer le contingent de 2000 hommes qui constituaient la "force de paix russe" installée en Ossétie du Sud depuis 1992, la Russie avait infligé une cinglante défaite aux forces de Tbilissi et avait reconnu dans la foulée l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. Le conflit aurait fait au moins 1 600 tués parmi les civils ossètes. Depuis, la Russie a installé des bases militaires dans ces territoires et surveille la frontière avec la Georgie. Le contentieux entre Tbilissi et Moscou n'est toujours pas réglé, chacun s'accusant d'être à l'origine du conflit.

La Transdniestrie : une enclave pro-russe aux portes de l'Europe
Dès la chute de l'URSS, en 1991, l'émancipation d'anciennes provinces soviétiques a été contrariée par une partie de leur population russophone. C'est le cas de la Transdniestrie, région de Moldavie coincée entre l'Ukraine et la Roumanie. Craignant une "roumanisation" de la Moldavie, qui se rapprochait de Bucarest pour échapper à l'influence russe, des violences avaient alors éclaté entre les forces moldaves et des milices pro-russes soutenues par Moscou. En quelques mois, l'armée russe avait mis fin au conflit faisant de la Transdniestrie une enclave pro-russe aux portes de l'Europe. Elle plébiscite aujourd’hui son rattachement direct à la Russie.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter