Le Capitole envahi : du jamais vu depuis... 1814

SAUL LOEB / AFP

FOCUS - Selon la US Capitol Historical Society, c'est la première fois que le Capitole est pris d'assaut depuis que le bâtiment a été incendié par les troupes britanniques, il y a un peu plus de deux siècles. Retour sur cette nuit du 24 août 1814 lors de laquelle Washington avait déjà sombré dans le chaos.

Les images qui tournent en boucle depuis mercredi témoignent du caractère inédit des violences dans un lieu si solennel. Ou presque. Si le coup de force des pro-Trump laissant le Capitole sens dessus dessous marquera l'Histoire, ce n'est pas la première fois que le temple de la démocratie américaine est envahi. Dans la foulée de la soirée de chaos à Washington, la US Capitol Historical Society a en effet rappelé que deux siècles plus tôt, le bâtiment a déjà été pris d'assaut avant d'être incendié par les troupes britanniques seulement quatorze ans après son ouverture et alors qu'il était encore en construction. 

Toute l'info sur

Le Capitole envahi par des partisans de Donald Trump

L'organisation fait référence à "l'incendie de Washington" ("Burning of Washington"), un épisode qui s'est déroulé le 24 août 1814 pendant la guerre anglo-américaine de 1812. On le présente généralement comme la réponse à l'incendie de la capitale de la colonie britannique du Haut-Canada, York (aujourd'hui Toronto en Ontario), alors synonyme de traumatisme pour les Canadiens et d'humiliation pour le gouvernement britannique. 

James Madison contraint d'évacuer

À cette époque, la nouvelle capitale est décrite comme une ville "misérable" entourée de marais. La Maison Blanche et le Capitole, alors sans dôme, sont les principaux bâtiments et la chambre des représentants est présentée comme l'un des édifices les plus remarquables des États-Unis. L'un comme l'autre, à l’instar de la Bibliothèque du Congrès, ont été incendiés ce jour-là par les troupes britanniques qui avaient envahi la nouvelle capitale contraignant le président James Madison à évacuer précipitamment. Si l'incendie de la Maison Blanche et des édifices publics n'ont pas eu un grand impact d'un point de vue strictement militaire, c'est la première et unique fois où la capitale américaine a été capturée par l'ennemi.

De cet épisode historique, reste notamment une anecdote. Dans la panique générale, on raconte que Dolly Madison, l'épouse du Président avait jugé opportun de faire emballer des objets de valeur afin d'éviter que les Britanniques puissent les saisir comme trophées. Parmi eux : un tableau de Georges Washington, premier président des États-Unis et héros principal de la guerre d'indépendance, peint par Gilbert Stuart. Caché dans une ferme pendant plusieurs semaines, il est accroché aujourd'hui dans la salle Est de la Maison Blanche. 

L'incendie de Washington au cœur d'un échange entre Trump et Trudeau

En juin 2018, "l'incendie de Washington" s'était retrouvé au cœur d'une conversation téléphonique entre Donald Trump et Justin Trudeau, à deux semaines d'un G7. L'ancien président des États-Unis avait faussement accusé les Canadiens d'avoir incendié la Maison-Blanche pendant la guerre de 1812 pour justifier l'imposition de nouveaux tarifs douaniers, deux siècles plus tard. "N'est-ce pas vous qui avez brûlé la Maison-Blanche ?" avait alors lancé Donald Trump, selon les sources de CNN.

Lire aussi

Pour rappel, le Canada, ancienne colonie de la Grande-Bretagne, est officiellement devenu un pays indépendant un demi-siècle plus tard, en 1867. "Ce n'est pas le Canada qui était en guerre contre les États-Unis en 1812 et ce n'est certainement pas le Canada qui a lancé un raid contre la ville de Washington", avait rappelé à La Presse le professeur d'histoire de l'Université d'Ottawa Damien-Claude Bélanger, soulignant que les milices canadiennes de l'époque auraient à peine pu "défendre le Haut et le Bas-Canada". Et d'ajouter encore que le Canada et les États-Unis sont devenus "des alliés permanents" en 1940. Selon plusieurs historiens, la guerre de 1812 (conclue en 1814) est en partie  à l'origine du "nationalisme" dans l'ancienne colonie britannique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - Moins cher qu'un Ehpad : ces Français passent leur retraite dans un 4 étoiles en Tunisie

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 3000 malades en réanimation à nouveau franchi ce lundi

Reconfinement : Emmanuel Macron temporise, les scénarios des prochains jours

Écoles ouvertes, vacances : Jean-Michel Blanquer défend le statu quo

Maintien des écoles ouvertes, vacances scolaires... Les réponses de Jean-Michel Blanquer sur LCI

Lire et commenter