Il prend ses fonctions de président des Etat-Unis aujourd'hui : cinq choses à savoir sur l'investiture de Donald Trump

DEMANDEZ LE PROGRAMME - Ce vendredi 20 janvier, à 18 heures heure française, Donald Trump prêtera serment pour devenir le 45e président des États-Unis. LCI vous propose de revenir sur les cinq points essentiels de cette cérémonie d'investiture.

"Moi, Donald John Trump, je jure solennellement de remplir fidèlement les fonctions de président des États-Unis, et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des États-Unis." C'est en prononçant ces mots, main gauche posée sur la bible, que Donald Trump deviendra officiellement le 45e président des Etats-Unis, vendredi vers 18 heures heure française (midi à Washington). Avant cette prestation de serment, la cérémonie d'investiture aura débuté à 15h30. LCI vous en dit plus sur cet Inauguration Day. 

Un rituel vieux de plus de 200 ans

Si le déroulé de cette journée est ritualisé depuis 1789, Donald Trump a d'abord envisagé de bousculer les vieilles habitudes. Désireux de marquer cette cérémonie de son empreinte, le président élu a en effet songé dans un premier temps à arriver à Washington en hélicoptère depuis New York, après une majestueuse parade sur la célèbre 5ème Avenue. Il y a finalement renoncé. 


Autre idée saugrenue qui fut un temps envisagée : ouvrir au public les portes de la Maison Blanche, comme l'avait fait Andrew Jackson en 1829. Une idée là aussi rapidement abandonnée. "Malheureusement, les inquiétudes autour de la sécurité sont différentes par rapport à 1829", a justifié Thomas Barrack Jr., proche de Donald Trump à la tête du comité chargé des préparatifs de son investiture.

Cette cérémonie d'investiture ne sera donc émaillée d'aucune surprise de taille et respectera à la lettre le protocole vieux de plus de 200 ans. Clou des célébrations, la prestation de serment se tiendra  sur les marches ouest du Capitole, devant la foule rassemblée dans le parc du Mall qui fait face au bâtiment. Le président s'adressera ensuite à la nation dans son discours inaugural. Avant de participer au traditionnel déjeuner au Capitole, pour enfin s'offrir un défilé sur la Pennsylvania Avenue où près de 800.000 personnes sont attendues. 


À noter que les prix d'entrée pratiqués pour approcher le nouveau président sont assez conséquents : 25.000 dollars pour assister à la parade en VIP et un demi-million de dollars pour quatre places pour le dîner aux chandelles avec le président. 

Un discours qui pourrait s'inspirer de Reagan

Difficile à dire, Donald Trump étant resté assez discret sur ce sujet. Mais nul doute que les millions d'Américains prêteront davantage une oreille attentive qu'à l'accoutumée, tant son élection a été vivement critiquée. C'est en effet véritablement à cette occasion que le public pourra se faire une idée de la direction qu'il souhaite donner à son mandat. 


Selon Boris Epshteyn, porte-parole du comité d'organisation, le discours inaugural de  Donald Trump devrait s'inspirer de celui d'un autre ancien président républicain, Ronald Reagan. En 1981, celui-ci avait notamment déclaré que "les Etats-Unis sont confrontés à un mal économique de grande ampleur". 


Ce ne serait pas la première fois que Donald Trump puise son inspiration dans le discours d'un ancien président. Dèjà lors de la convention du parti républicain en juillet dernier, il s'était inspiré du discours de Richard Nixon exprimé lors la convention du parti républicain en 1968. Même procédé et aussi même plume. Pour l'écriture, Donald Trump a choisi de refaire confiance à Stephen Miller, un ancien conseiller du futur ministre de la Justice Jeff Sessions. 

En vidéo

Donald Trump au mémorial de Lincoln : "nous allons unifier notre pays"

Hillary Clinton présente

Comme le veut l'usage, les anciens présidents figurent en bonne place dans la liste des invités. Trois des quatre anciens présidents encore en vie assisteront à la prestation de serment de Donald Trump : Jimmy Carter, Bill Clinton et George W. Bush. En revanche, le père de ce dernier, âgé de 92 ans et à la santé fragile, sera absent lors de l'évenement. Hillary Clinton, pas rancunière après son cuisant échec de novembre, a de son côté répondu présent.


Au total, plus de mille invitations ont été émises. Et se sont les militants républicains qui devraient représenter un grand nombre de ces invités. En effet, excepté les présidents du Mexique et du Canada - lesquels seront absents -, les autres chefs d'État ne sont traditionnellement jamais conviés. De leur côté, 38 élus démocrates du Congrès ont annoncé qu'ils boycotteraient la cérémonie.

Peu d'artistes pour pimenter les festivités

Donald Trump n'aura pas réussi à trouver "sa" star. Prévu initialement pour chanter l'hymne américain "Star-Spangled Banner", Andréa Boccelli a décliné la proposition, tout comme Bruno Mars ou Justin Timberlake ... C'est donc la voix de Jackie Evancho, 16 ans, ex-candidate du télécrochet "America's got Talent", qui a été choisie pour entonner l'hymne américain lors de la cérémonie. 


Une pénurie de stars qui n'affecte en rien le camp Trump. "L'investiture, ce n'est pas Woodstock. Ce n'est pas Summer Jam. Ce n'est pas un concert. Il ne s'agit pas de célébrités. Comme Donald Trump l'a tweeté lui-même, il s'agit du peuple. C'est ce sur quoi nous nous concentrons", avait expliqué le porte-parole du comité d'organisation.  


À titre de comparaison, c'est Beyoncé qui avait ouvert le bal la veille de la prestation de serment de Barack Obama en 2009. Le premier président noir avait également réussi à réunir des artistes célèbres tels que Bruce Springteen, Stevie Wonder, Jamie Foxx, Tom Hanks.... Aretha Franklin avait également interprété "My Country, 'Tis of Thee"sur la scène montée devant le Capitole le jour de l'investiture.

Un cérémonial à plus de 175 millions de dollars

À chaque investiture, des millions de dollars sont dépensés. En 2009, l'Inauguration Day de Barack Obama avait coûté un peu plus de 170 millions de dollars (159 millions d'euros), contre 180 millions pour sa deuxième prestation de serment en 2013. Un chiffre similaire au montant des dépenses estimé par le Washington Post pour l'investiture de Trump :  entre 175 et 200 millions de dollars selon le quotidien américain. Un budget qui fait notamment la part belle à la sécurité : alors que la cérémonie pourrait être perturbée par des dizaines de milliers de manifestants, quelque 28.000 membres des agences fédérales et des forces de l'ordre devraient être déployés.  

En vidéo

Républicains à la droite du parti, hommes d'affaires, proches : le cabinet de Donald Trump

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter