États-Unis : le président américain est-il toujours "l’homme le plus puissant du monde" ?

États-Unis : le président américain est-il toujours "l’homme le plus puissant du monde" ?
International
RAPPORT DE FORCE - Alors que Donald Trump prend ses fonctions de président des États-Unis ce vendredi, LCI vous propose de répondre à une question sérieuse, décalée ou insolite sur l'histoire politique du pays. Voici donc un zoom sur une expression fréquemment utilisée quand on évoque le locataire de la Maison blanche.

L’expression revient régulièrement au détour d’un article ou d’un documentaire sur les Etats-Unis. L’hôte de la Maison Blanche serait en effet "l’homme le plus puissant du monde". Rien que ça. Sauf que, derrière les facilités de langage, la réalité se révèle un peu plus compliquée. Quelques éléments d’explications.

Une expression de la Guerre froide

"Du point de vue militaire, l’armée américaine étant devant toutes les autres et le président étant son chef, il est évidemment très puissant. Cette expression d’homme 'le plus puissant du monde' est d’ailleurs liée à ces années durant la Guerre Froide, où les Etats-Unis sont devenus la plus grande puissance militaire mondiale", relève Françoise Coste, enseignante à l’université de Toulouse et spécialiste des Etats-Unis*. Et d’ajouter : "Avec la guerre nucléaire, les enjeux et les prises de décision se sont individualisés."


Difficile, en effet, de rivaliser avec les Etats-Unis sur le front de l’armement : en 2014, l’ensemble du budget accordé à sa Défense avoisinait les 564 milliards d’euros. A titre de comparaison, celui de la France s’élevait à 57 milliards d’euros.

"Plus de pouvoir que Poutine"

Si le président peut bomber le torse sur le terrain militaire, son commandement peut être mis à rude épreuve sur la scène intérieure. Et c’est là que le bât blesse : "Le président américain a beaucoup de pouvoirs, mais ne peut pas les utiliser à cause du Congrès. Le Parlement peut faire de l’obstruction et limiter le champ d'action de l'exécutif : cela s’est vu sous les mandats d’Obama, contrairement à Bush qui a bénéficié d’un Congrès plus conciliant lui permettant, notamment, de faire la guerre en Irak", considère Françoise Coste.


C’est d’ailleurs pour cette faiblesse sur le plan intérieur que Forbes, qui publie chaque année son palmarès des hommes les plus puissants du monde, écarte depuis trois ans le président américain. Et ce, au profit d’un Vladimir Poutine. Reste à savoir de quel type de pouvoir il s’agit. "Un classement comme celui de Forbes, c’est du pipeau, balaie Françoise Coste. Barack Obama a beaucoup plus de pouvoir que Vladimir Poutine. Et les seuls pouvoirs dont ce dernier dispose, le président américain n’en a pas envie : mettre des gens en prison, ou les empoisonner sur commande."


* Reagan , par Françoise Coste (Editions Perrin)

En vidéo

JT 20H - Etats-Unis : rétrospective des deux mandats d’Obama en photos

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'investiture de Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter