Manifestations en Iran : l'armée d'élite du régime proclame "la fin de la sédition"

Manifestations en Iran : l'armée d'élite du régime proclame "la fin de la sédition"

CONTESTATION - Le chef des Gardiens de la révolution a affirmé mercredi soir que les manifestations contre le régime étaient terminées. Les autorités iraniennes ont cherché à minimiser le mouvement de contestation qui a eu lieu cette semaine, le premier de cette ampleur depuis 2009.

Dans la foulée des manifestations massives de soutien au régime qui ont eu lieu mercredi, l'armée d'élite du pouvoir iranien a proclamé dans la soirée la fin du mouvement de contestation qui a ébranlé le pays pendant une semaine. "Aujourd'hui, nous pouvons annoncer la fin de la sédition", a déclaré le chef des Gardiens de la révolution, Mohammad Ali Jafari, en affirmant que le nombre de manifestants antirégime n'avait "pas dépassé les 15.000 sur l'ensemble du pays". 


"Un grand nombre de fauteurs de troubles, au centre de la sédition, ont reçu une formation de la contre-révolution", a-t-il dit, en référence aux Moudjahidine du peuple, principale formation de l'opposition en exil. Ceux-ci "ont été arrêtés et il y aura une action ferme contre eux", a-t-il ajouté.

"Des ennemis extérieurs à l'Iran"

Les autorités iraniennes ont cherché à minimiser ce mouvement de contestation, le premier de cette ampleur depuis celui de 2009 contre la réélection du président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, qui avait été violemment réprimé. Le général Jafari a également fait valoir que des milliers de personnes avaient été "entraînés" par les Etats-Unis pour "fomenter des troubles en Iran".


Le numéro un iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a quant à lui lui accusé les "ennemis" de l'Iran de porter atteinte au régime, sans les nommer, alors que le président Hassan Rohani a parlé d'une "petite minorité" de contestataires. Hassan Rohani a en outre demandé à son homologue français Emmanuel Macron de prendre des mesures contre les activités des Moudjahidine du peuple, basés en France.

La taux de chômage des jeunes atteint 30 %

La classe politique en Iran -réformateurs comme conservateurs- s'est positionnée contre les violences lors des manifestations, tout en soulignant la nécessité de trouver une solution aux problèmes économiques, principalement le chômage qui atteint 30% chez les jeunes.


Durant les importantes protestations de jeudi à lundi soir, une vingtaine de personnes sont mortes et des centaines ont été arrêtées, dont 450  à Téhéran. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’Iran secoué par une vague de manifestations

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter