Irlande : la tempête Ophelia a fait de nombreux dégâts

DirectLCI
MÉTÉO - Trois personnes sont mortes selon un premier bilan des autorités lors du passage de la tempête tropicale Ophelia dans les îles Britanniques. Le phénomène est le plus violent jamais recensé en cinquante ans, et les dégâts matériels sont importants.

L'Irlande se relève lundi du passage de la tempête tropicale Ophelia. Celle-ci est la plus violente à avoir frappé le pays en près de cinquante ans.  Lundi soir, Ophelia s'éloignait des côtes irlandaises afin de survoler l'Ecosse à l'ouest. Trois personnes ont perdu la vie pendant que la tempête battait le pays. Selon le Service national de météorologie, Ophelia a frappé l'Irlande dans la matinée, aux alentours de 10 heures 40, avec des vents allant jusqu'à 190 kilomètres par heure aux environs de la pointe la plus australe de l'île. Un retour à la normale est attendu pour la journée de mardi.


"Des dangers subsistent mais le nettoyage a commencé dans certaines régions et le travail pour remettre le pays à flot a commencé", a déclaré le président du groupe national de coordination d'urgence, Sean Hogan, lors d'un point presse. Et les dégâts matériels sont importants. Sur la côte ouest de l'île, la ville de Galway a été en partie inondée. 

Au moins 330 000 foyers étaient privés d'électricité lundi soir et près de 200 vols ont été annulés dans les deux principaux aéroports du pays, Shannon, près de la ville de Limerick, à l'ouest du pays, et la capitale, Dublin. Ils devraient rouvrir dans la journée de mardi. Au moins 5 000 "points de dégâts" ont été relevés dans toute l'Irlande, a déclaré Sean Hogan, et des centaines de routes ont été bloquées par des chutes d'arbres. Des photos publiées sur les réseaux sociaux montrent des toits emportés ou déformés par les vents, notamment dans le stade de football de la ville de Cork. Fermées lundi tout comme les transports publics et les hôpitaux, les écoles resteront closes mardi.

La plupart des habitants ont suivi les recommandations du Premier ministre, Leo Varadkar, qui a invité les Irlandais à rester chez eux. La plupart des villes étaient désertes lundi. Pour les médias britanniques, Ophelia est comparable à la grande tempête de 1987. Il y a trente ans, jour pour jour, celle-ci avait fait plier plusieurs régions du Royaume-Uni sous la puissance de ses vents, semblables à ceux d'un ouragan. Le gouvernement irlandais a déclaré de son côté craindre qu'Ophelia ne soit la plus pire tempête dans la région depuis l'ouragan Debbie, qui avait fait 11 morts en Irlande en 1961.

   

Ophelia a été le sixième ouragan majeur de la saison dans l'Atlantique avant d'être rétrogradé au rang de tempête tropicale au cours de la nuit de dimanche à lundi. La tempête a charrié des particules de sable du Sahara et de la fumée des incendies qui sévissent au Portugal, donnant dans la journée une teinte jaune au ciel de Londres et de la Bretagne.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter