Irlande : un groupe Facebook appelle à saboter la visite du pape François

Irlande : un groupe Facebook appelle à saboter la visite du pape François

DirectLCI
BOYCOTT - Le souverain pontife est attendu samedi 25 août en Irlande, où il sera grandement question des scandales de pédophilie au sein de l'Église catholique. Si bien que de nombreux Irlandais ont choisi de snober sa venue.

La première visite d'un Pape en Irlande depuis 1979 s'annonce sensible. Dans un contexte où le souverain pontife a adressé ce lundi 20 août une lettre aux catholiques du monde entier, dans laquelle il a  reconnu que l’Église n’avait pas su protéger les enfants et condamner les agresseurs pédophiles, certains Irlandais,  pas franchement convaincus par ce mea culpa, ne comptent pas épargner le pape argentin.


Alors que des billets gratuits ont été mis à la disposition des Irlandais afin d’assister à la messe du pape François au Phoenix Park à Dublin, certains d'entre eux, en signe de mépris, ont décidé de prendre un billet... pour ne finalement pas venir et ainsi faire en sorte que cet événement fasse un bide, comme le rapporte ce vendredi The Guardian

En vidéo

Le pape François condamne les "atrocités" de la pédophilie

Dans cette optique, un groupe Facebook intitulé Say no to the Pope ("Dites non au Pape", ndlr) a vu le jour. "L'idée est de postuler mais de ne pas d'utiliser les billets pour la messe de dimanche", indique une membre de ce groupe qui comptait 9.000 participants vendredi. Il s'agit d'une "protestation silencieuse et pacifique" contre sa visite, souligne-t-elle. 


Même son de cloche pour Michael Stewart, l’un des organisateurs. D'après lui, cette initiative constitue "une forme efficace" de protestation. "En tant que citoyens irlandais, nous avions tous droit, si nous le souhaitions, à un billet pour la messe [...] Pourquoi les gens ne devraient-ils pas le réclamer et l'utiliser comme ils l'entendent ? ", a déclaré Stewart. "Il semble que le fait de ne pas utiliser leur ticket de façon délibérée ne soit pas une option appropriée, alors que nous sommes solidaires du nombre excessif de victimes de cette organisation atroce", s'est-il justifié, toujours selon The Guardian.

Un demi-million de billets ont été mis à la disposition du public pour la messe et 45.000 autres pour la visite papale au sanctuaire marial de Knock. 


Cet appel au boycott a été vivement critiqué par le Premier ministre du pays, Leo Varadkar,  qui a déclaré qu'empêcher certains  spectateurs de participer à la messe était "mesquin". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter