Israël : après des heurts à Jérusalem, la police entre dans la mosquée d'Al-Aqsa

Israël : après des heurts à Jérusalem, la police entre dans la mosquée d'Al-Aqsa

PROCHE-ORIENT - Selon un photographe de l'AFP, six Palestiniens ont été arrêtés par la police israélienne. Mais aucun bilan chiffré n'est donné à l'heure actuelle.

C'est une incursion extrêmement rare. Ce dimanche 26 juillet, la police israélienne est entrée dans la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l’islam situé dans la vieille ville de Jérusalem, afin de mettre fin à des heurts qui avaient éclaté dans la nuit de samedi à dimanche, après la venue de juifs orthodoxes. Or, régie par un statu quo hérité du conflit de 1967 qui veut que, si juifs et musulmans peuvent se rendre sur le site sacré qui surplombe l’ultratouristique vieille ville de Jérusalem, les juifs n’ont pas le droit d’y prier, l’esplanade des Mosquées est considérée par les juifs comme leur premier lieu saint. 

À LIRE AUSSI >> Polémique après une vidéo israélienne où des soldats violentent un Palestinien

Echauffourées entre Ultra-orthodoxes et Palestniens

Et avec les commémorations de Tisha Beav, qui marque dans leur calendrier la destruction des deux temples qui se trouvaient sur l’esplanade dont le mur des lamentations est le dernier vestige, des radicaux ultraorthodoxes auraient tenté de venir prier aux abords de l’esplanade. Entraînant des échauffourées dans la matinée et obligeant la police israélienne à s'introduire sur l'esplanade et "de plusieurs mètres" à l'intérieur de la mosquée, rapporte l'AFP. Côté palestinien, un photographe de l’AFP a vu au moins six Palestiniens être arrêtés mais aucun bilan n’était disponible dans l’immédiat.

Au coeur de l'imbroglio: le statu quo de 1967 que les Palestiniens accusent régulièrement Israël de vouloir remettre en question sous la pression des ultra-orthodoxes qui, eux, réclament le droit de prier sur l’esplanade. Une mouvance ultrareligieuse, représentée par plusieurs députés israéliens, milite notamment pour le droit des juifs à prier sur l’esplanade. Les plus radicaux vont jusqu’à prôner la reconstruction du Temple juif, en lieu et place des mosquées, qui devraient être détruites. Mais Israël, et notamment son premier ministre Benyamin Nétanyahou, assure ne pas vouloir modifier d’un iota ce statu quo.

A LIRE AUSSI 
>> Jérusalem : cinq personnes blessées dans une attaque à la voiture bélier
>> Verona, le nouveau "Tinder" entre Israéliens et Palestiniens

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Israël/Palestine : nouveau déluge de missiles la nuit dernière

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Traque dans les Cévennes : un homme armé toujours en fuite après un double meurtre

"On veut lui faire porter le chapeau", confie la sœur du tueur présumé d'Eric Masson

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.