Israël, Arabie Saoudite, Europe et rencontre avec le pape : Trump détaille son premier déplacement à l’étranger

International
TRIP - Le président américain se positionne clairement comme le nouvel émissaire de la paix au Proche Orient. Donald Trump a annoncé ce jeudi qu’il se rendrait à la fin du mois en Israël et en Arabie Saoudite pour son premier voyage à l'étranger depuis son arrivée à la Maison Blanche. Une troisième escale est prévue au Vatican pour rencontrer le pape.

"Mon premier déplacement à l'étranger en tant que président des Etats-Unis sera en Arabie Saoudite, puis en Israël, puis dans un endroit que mes cardinaux aiment vraiment beaucoup, Rome", a annoncé ce jeudi Donald Trump. Le président américain effectuera donc trois escales avant de se rendre, comme il l’avait déjà annoncé, aux sommets de l'Otan à Bruxelles et du G7 en Sicile à la fin du mois de mai. 


Le but : tenter de relancer le règlement d'un des plus anciens conflits au monde entre l'Etat hébreu et les Palestiniens et aboutir plus largement à un accord de paix au Proche-Orient. 

Première escale : l’Arabie Saoudite

Donald Trump a indiqué qu’il "commencerait par une réunion vraiment historique en Arabie saoudite avec des dirigeants de tout le monde musulman". "L'Arabie saoudite est le pays gardien des deux sites les plus sacrés de l'islam", a-t-il souligné. "C'est là que nous commencerons à bâtir les nouvelles fondations de la coopération et du soutien de nos alliés musulmans pour combattre l'extrémisme, le terrorisme et la violence, et à préparer un avenir plus juste et plus optimiste pour les jeunes musulmans de ces pays".


Sous l’ère Obama, Israël et l'Arabie saoudite entretenaient des relations tendues, Ryad reprochant au prédécesseur de Donald Trump d'être moins préoccupé par les alliances traditionnelles des Etats-Unis que par la recherche d'un accord avec l'Iran sur son programme nucléaire, trouvé à l'été 2015. Les choses ont clairement changé. 

Un accord de paix israélo-palestinien ? "Honnêtement, c'est peut-être moins difficile que ce que les gens pensent depuis des années"Donald Trump

Deuxième escale : Israël

Dès le mois de février, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu était invité à la Maison Blanche.  Les deux hommes  avaient alors mis en avant une solution "régionale" au conflit israélo-palestinien, les Etats-Unis encourageant la formation d'un front uni entre Israël et les pays arabes sunnites (dont l’Arabie Saoudite) contre l'Iran chiite, leur bête noire commune.

En vidéo

Trump et Netanyahu à Washington

Mercredi, il recevait cette fois le président palestinien Mahmoud Abbas, assurant une nouvelle fois qu’il se montrait optimiste quant à la résolution du conflit israélo-palestinien : "Honnêtement, c'est peut-être moins difficile que ce que les gens pensent depuis des années".


Après l’Arabie Saoudite, c’est donc tout naturellement en Israël que Donald Trump se rendra, laissant ouverte la possibilité de s'arrêter en Cisjordanie occupée. Rien n’a été dit cependant sur la manière dont il y compte se prendre pour régler le conflit.

Troisième escale : le Vatican

Avant de se rendre en Sicile, pour assister au sommet du G7 à Taormina, le président américain fera une dernière escale à Rome. Le pape François a confirmé qu’il recevra Donald Trump le 24 mai.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter