Israël : des femmes protestent après s'être vu interdire l'accès au Parlement à cause de la longueur de leur jupe

Israël : des femmes protestent après s'être vu interdire l'accès au Parlement à cause de la longueur de leur jupe
International

SEXISME - Des employées du Parlement israélien se sont réunies dans le hall d'entrée de l'assemblée à Jérusalem pour protester contre l'interdiction d'accès au bâtiment subie par certaines. En cause : leur jupe jugée trop courte...

Une journée de la jupe en Israël ? On aurait presque pu y croire ce mercredi à Jérusalem. Une cinquantaine de femmes, toutes en jupe, se sont rassemblées dans le hall d'entrée du Parlement israélien en signe de protestation. En cause : l'interdiction d'accès au bâtiment subie par une demi-douzaine d'entre elles y travaillant, sous prétexte que leur jupe ou leur robe étaient jugées trop courtes.

Ces aides parlementaires et employées manifestaient contre le tour de vis donné ces derniers jours au code vestimentaire imposé par l'administration du Parlement, a expliqué à l'AFP Naama Shahar, porte-parole de la députée d’opposition de gauche Merav Michaeli. "Celles qui ont pu passer les contrôles des vigiles sont ressorties accompagnées de quelques députés pour exprimer notre solidarité avec les femmes restées bloquées", a-t-elle ajouté.

"Nous n'avons jamais eu ce genre de problème"

"Tout cela est étrange : nous portons les vêtements que nous avons mis des dizaines de fois. Certaines d'entre nous travaillent à la Knesset depuis trois ou quatre ans et nous n'avons jamais eu ce genre de problème", a ajouté Naama Shahar. "Personne ne nous a expliqué ce changement des règles, c'est inacceptable".

La direction de la Knesset a dénoncé cette protestation. "Il s'agit avant tout d'une provocation organisée (...) Les vigiles hommes et femmes du Parlement font leur travail pour faire respecter un code vestimentaire en vigueur depuis des années", a souligné l'administration dans un communiqué. Selon les médias, ce code vestimentaire interdit le port du t-shirt, du short, de la robe ou de la jupe courte, et de sandales.

Pour la députée Michaeli, il s'agit d'une "tentative d'imposer des normes fondamentalistes", celles des femmes juives religieuses qui se couvrent les jambes, les bras, tout en revêtant un foulard sur la tête ou une perruque. Moria Silfon, une autre aide-parlementaire, estime que la Knesset est "une institution laïque et non religieuse" et que le code vestimentaire "est discriminatoire, humiliant et honteux envers les femmes".

La question vestimentaire a déjà provoqué des remous à la Knesset. En 2007, le port de jeans avait été interdit mais, deux ans plus tard, le président du Parlement Reuven Rivlin, devenu ensuite président du pays, avait levé cette mesure. 

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent