Israël : forte tension après la mort d'un jeune Arabe-Israélien abattu par la police

International
PROCHE-ORIENT - Une vingtaine d'Arabes-Israéliens ont été arrêtés dimanche lors de heurts avec des policiers dans le village de Kafr Kanna où la police avait abattu la veille un jeune homme.

C'est un regain de tension qui suscite l'inquiétude. Vingt deux Arabes-Israéliens, certains mineurs, ont été arrêtés dimanche lors de la deuxième journée consécutive de heurts avec des policiers à Kafr Kanna. C'est dans ce village que la police avait abattu la veille Kheir Hamdane, 22 ans, alors qu'il s'opposait à l'arrestation d'un proche. Avec des dizaines d'autres, les personnes arrêtées lançaient des pierres sur les policiers et brûlaient des pneus pour bloquer l'accès aux forces de l'ordre qui répliquaient à coup de canons à eau, a accusé la police.

La famille de Kheir Hamdane a dénoncé un "meurtre de sang-froid". Une vidéo d'une caméra de surveillance montre le jeune homme s'en prenant à des policiers à bord de leur véhicule. La police affirme qu'il avait un couteau à la main. Les images montrent ensuite des policiers descendre du véhicule et Kheir Hamdane tenter de fuir. Un policier lui tire alors dans le dos à plusieurs reprises. Tombé à terre, le jeune homme est traîné sur le sol avant d'être embarqué à bord du véhicule de la police. Il est décédé sur le chemin de l'hôpital, selon la police.

La contestation a gagné les villes d'arabes d'Israël

Les Arabes-Israéliens, descendants des Palestiniens restés sur leur terre lors de la création d'Israël en 1948, étaient jusqu'ici restés à l'écart de la flambée des tensions principalement liées au chômage et à la colonisation qui secouent désormais chaque jour Jérusalem-Est et la Cisjordanie occupée depuis plus de deux semaines.

Mais la colère de ces citoyens israéliens, qui s'estiment victimes de discrimination de la part de l'Etat hébreu alors qu'ils constituent 20 % de la population, a gagné d'autres villes. Des manifestations ont ainsi eu lieu à Nazareth, Oum el-Fahm et Haïfa, dans le nord ainsi qu'à Beercheva, dans le désert du Néguev au sud. Un mouvement de protestation touchant les villes arabes d'Israël qui a poussé les autorités israéliennes à relever le niveau d'alerte.

LIRE AUSSI >> Jerusalem : l'esplanade des Mosquées rouverte pour vendredi, grand jour de prières musulmanes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter