Israël : impressionnants incendies à Haïfa, 60.000 personnes évacuées

International
DirectLCI
FEUX DE VÉGÉTATION - D'importants incendies sévissent dans l'Etat hébreu depuis trois jours. A Haïfa, près de 60.000 personnes ont dû fuir leur domicile.

Près de 60.000 personnes ont été évacuées ce jeudi 24 novembre d'une dizaine de quartiers d'Haïfa, sous la menace des feux de végétation qui se succèdent dans le pays depuis trois jours. Ce chiffre comprend les résidents évacués de leur maison, mais aussi des institutions publiques comme les écoles ou l'université, a déclaré la porte-parole de la mairie, Or Doron. Haïfa, qui compte quelque 270.000 habitants, est la troisième ville du pays. 


Les secours affirment avoir transféré dans les hôpitaux une soixantaine de blessés légers. L'armée a déployé deux bataillons et rappelé des réservistes avec du matériel pour aider pompiers et policiers. L'aéroport local a décidé de fermer. Un porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, a cependant démenti des informations selon lesquelles l'état d'urgence avait été décrété.

Seuls ceux à qui la terre n'appartient pas sont capables d'y mettre le feuNaftali Bennett, ministre israélien de l'Education et de la Diaspora

Le centre et le nord d'Israël sont en proie depuis trois jours à une succession d'incendies favorisés par la très grande sécheresse des derniers mois et des vents forts. Mais selon le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan, la moitié environ des incendies seraient d'origine criminelle, commis soit par des pyromanes soit pour des raisons liées au conflit israélo-palestinien. 


Le chef de la police Roni al-Sheikh a fait état d'arrestations, sans plus de précisions. "Seuls ceux à qui la terre n'appartient pas sont capables d'y mettre le feu", a dit sur Twitter un poids lourd du gouvernement de droite, le ministre nationaliste religieux Naftali Bennett. Les leaders de la minorité arabe se sont immédiatement indignés que les leurs soient montrés du doigt, criant au racisme. "Cela fait des centaines ou des milliers d'années que nous vivons dans ce pays et nous n'y avons jamais mis le feu", a dit le député arabe Ayman Odeh dans un communiqué, ajoutant que les Palestiniens étaient eux aussi touchés par les incendies. Un autre député arabe,  Ahmed Tibi, a qualifié les accusateurs de "pyromanes".

Israël, sous-équipé face aux incendies de grande ampleur a reçu dans la journée le soutien d'une dizaine d'avions envoyés de Russie, Turquie,  Grèce, Italie, Croatie et Chypre. La vague d'incendies en cours a réveillé le souvenir du sinistre le plus grave de l'histoire d'Israël, survenu fin 2010, précisément sur les hauteurs de Haïfa, sur le mont Carmel. L'incendie avait dévasté pendant plus de trois jours plusieurs milliers d'hectares et avait fait 44 morts, pour la plupart des élèves gardiens de prison pris au piège des flammes à bord d'un autobus.

Lire aussi

En vidéo

Incendie au coeur de Montréal : les images amateur

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter