Israël : un Français employé du consulat à Jérusalem inculpé pour trafic d'armes depuis Gaza

International
DirectLCI
TRAFIC - Un Français travaillant pour le consulat général de France à Jérusalem a été arrêté le 15 février dernier pour avoir convoyé clandestinement des armes entre la bande de Gaza et la Cisjordanie, a annoncé le service israélien de sécurité intérieure ce lundi. Il a été inculpé pour trafic d'armes ce lundi.

Le Shin Bet, le service israélien de sécurité intérieure, a annoncé ce lundi avoir arrêté un Français travaillant pour le consulat général de France à Jérusalem. L'objet de son arrestation ? Ce dernier aurait convoyé clandestinement des armes entre la bande de Gaza et la Cisjordanie. Le communiqué du Shin Bet indique que le jeune homme, identifié comme Romain Franck, a été interpellé en même temps qu'un Palestinien de Jérusalem-Est, employé comme agent de sécurité au consulat ainsi que sept autres suspects, le 15 février dernier.


"Il s'agit d'un incident grave dans lequel l'immunité et les privilèges accordés aux missions diplomatiques en Israël ont été exploités d'une manière cynique pour passer en contrebande des dizaines d'armes qui pouvaient être utilisées pour des attaques terroristes contre des civils israéliens et les forces de sécurité", poursuit le communiqué. À la mi-journée, il a été inculpé par la justice israélienne pour trafic d'armes.

En vidéo

Le statut de Jérusalem, une question centrale du conflit israélo-palestinien

Il aurait agi pout des raisons "financières"

L'individu, âgé de 23 ans, est soupçonné d'avoir utilisé un véhicule appartenant au consulat - lui permettant de bénéficier de contrôles de sécurité allégés au passage du poste-frontière d'Erez, situé entre Gaza et Israël - dans le but de transporter près de 70 pistolets et deux fusils d'assaut entre la bande de Gaza, administrée par le Hamas, et la Cisjordanie. En tout, Romain Franck aurait effectué cinq trajets entre les deux territoires palestiniens. Toujours selon le service israélien de sécurité intérieure, il aurait agi "pour des raisons financières, de sa propre initiative et sans que ses supérieurs en aient connaissance".  


Un responsable du Shin Bet assure néanmoins que le Français "n'était pas animé par des raisons idéologiques ou par une adhésion à la cause palestinienne". Les armes lui auraient été fournies par un Palestinien travaillant pour le centre culturel français à Gaza. Un porte-parole de l'ambassade de France à Tel Aviv a confirmé à l'AFP que le suspect arrêté par la sécurité intérieure israélienne était "un membre du consulat général à Jérusalem". Il a également précisé que la France prenait l'affaire "très au sérieux" et coopérait avec les autorités israéliennes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter