Italie : Berlusconi va s'occuper de personnes âgées pour purger sa peine

Italie : Berlusconi va s'occuper de personnes âgées pour purger sa peine

International
DirectLCI
JUSTICE - L'ex-chef du gouvernement italien a bénéficié mardi d'une mesure de clémence de la justice milanaise. Celle-ci lui a accordé la possibilité de purger sa condamnation à un an sous forme de travaux d'intérêt général. Et ainsi lui accorder une grande liberté de mouvement.

"Je souhaite aider des handicapés physiques et mentaux à retrouver espoir." Le vœu, formulé la semaine dernière par Silvio Berlusconi, a été exaucé mardi par le tribunal d'application des peines de Milan. L'ex-chef du gouvernement italien va en effet purger sa condamnation à un an de détention sous forme de travaux d'intérêt général (TIG). Et ainsi éviter l'assignation à domicile, jugée contraignante par ses avocats.

L'ex-Cavaliere, condamné définitivement en août dernier à quatre ans de prison dont trois amnistiés pour fraude fiscale dans le procès Mediaset, devra se rendre une fois par semaine à Cesano Boscone. Dans cette petite ville de 20.000 habitants, l'ex-Cavaliere devra rester "au moins quatre heures consécutives " et "au moins un jour par semaine" à l'institut Sacra Famiglia. Ce centre, qui s'occupe d'une quarantaine de personnes dépendantes, permettra à Silvio Berlusconi de mettre en avant son engagement "en faveur de la société", selon ses avocats.

Lire aussi >> Berlusconi en maison de retraite ?

Cacique de la vie politique italienne

Tout sourire, ces derniers ont accueilli avec soulagement la décision du tribunal. Et pour cause : celle-ci est très clémente envers l'ancien président du Conseil, âgé de 77 ans. S'il sera soumis à un couvre-feu (23 heures) et ne pas quitter sa Lombardie, Silvio Berlusconi pourra se rendre du mardi au jeudi à Rome. Et orchestrer le quotidien de Forza Italia, son parti de centre droit qui prépare les élections européennes du 25 mai prochain, mais aussi participer à des meetings.

Selon ses avocats, cette décision ne constitue pas un frein aux exigences de l'activité politique du président Berlusconi". Une activité toujours intense : malgré sa condamnation historique en août dernier et son âge avancé, Silvio Berlusconi demeure un cacique de la vie politique italienne. Le Premier ministre Matteo Renzi l'a ainsi reçu pendant plus de deux heures lundi soir pour discuter du pacte qu'ils avaient conclu en février sur la réforme du mode de scrutin électoral. Et même ses anciens alliés du Nouveau centre droit (NCD) ont salué une décision "équilibrée".

Si le ciel du Cavaliere s'éclaircit, ses ennuis judiciaires ne sont pas terminés. Le procès en appel du fameux Rubygate est fixé en juin, alors qu'un autre procès, pour corruption de sénateur, a débuté cette année à Naples.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter