Italie : Condamné à 3 ans de prison, Berlusconi ne mettra pas les pieds en prison

Italie : Condamné à 3 ans de prison, Berlusconi ne mettra pas les pieds en prison

ITALIE - Le tribunal de Naples (sud) a condamné mercredi soir l'ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi à trois ans de prison pour corruption de sénateur. Une peine qui ne sera cependant pas appliquée.

Il est encore passé au travers des mailles du filet. Condamné ce mercredi soir par le tribunal de Naples à trois ans de prison pour corruption de sénateur, l'ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi n'effectuera pourtant pas sa peine.

En effet, le délit en question sera prescrit à l'automne, bien avant un éventuel jugement en appel. Un procès aux allures de vaste supercherie, auquel n'a même pas pris la peine d'assister le principal concerné.

Trois millions d'euros

L'affaire remonte aux élections législatives de 2006, remportées de justesse par la coalition hétéroclite de gauche dirigée par Romano Prodi, qui ne disposait que d'une très courte majorité au Sénat. Quelques mois à peine après ces élections, Sergio De Gregorio, sénateur élu dans un des partis de la coalition de Romano Prodi, l'IDV, avait quitté son camp, passant chez Silvio Berlusconi.

EN SAVOIR + >> Pourquoi Silvio Berlusconi n'ira pas (encore) en prison

Cette décision avait rendu encore plus fragile la majorité gouvernementale, et accéléré la chute du gouvernement de gauche, qui avait jeté l'éponge en 2008, moins de deux ans après le scrutin. Selon le parquet, le Cavaliere a versé trois millions d'euros, dont deux en espèces, à Sergio De Gregorio pour le débaucher. Ce dernier l'a reconnu devant des magistrats et dans la presse, ce qui ne le forcera pas, vraisemblablement à passer par la case prison.

A LIRE AUSSI >> Expulsion du Sénat : le coup de grâce pour Berlusconi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Jean Castex veut "mettre le paquet sur la vaccination" en mars et avril

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter