Venise interdit l'ouverture de nouveaux kebabs et fast-foods

Venise interdit l'ouverture de nouveaux kebabs et fast-foods

SALADE TOMATE OIGNON - Afin de préserver le décorum et les traditions de la ville, les autorités de Venise ont décidé d'interdire toute nouvelle ouverture de restaurants kebabs qui ne sont "pas compatibles" avec l'héritage de la ville.

Les kebabs et restaurants de fast-food n'ont pas leur place à Venise. Les autorités ont décidé de bannir toute nouvelle ouverture pour préserver le décorum et les traditions de la ville. Une loi est passée ce mardi 9 mai qui interdit ces établissements, en même temps qu'elle dit adieu aux ventes de pizza en parts. Seule les boutiques qui vendent des glaces artisanales sont autorisées à s'installer, selon le maire Luigi Brugnaro.

Lire aussi

"Nous voulons mettre un frein aux types d'activités qui ne sont pas compatibles avec la préservation et le développement de l'héritage culturel de Venise. Le problème avec une ville si touristique comme la nôtre, c'est qu'il y a un risque de perdre notre identité. Il y a des produits locaux que nous devons essayer de promouvoir, ce sera meilleur pour l'esprit de la ville et pour son environnement", a déclaré  le patron du tourisme Paola Mar.

Des aires de pique-nique devraient par ailleurs être mises en place pour éviter aux gens de manger dehors, dans les lieux les plus touristiques de la ville, afin d'éviter au maximum de les salir. Venise n'est pas la première ville italienne a interdire ces restaurants : Vérone a déjà arrêté d'ouvrir de nouveaux kebabs et fast-foods, et Florence a fait passer une mesure pour que ces établissements vendent au moins 70% de produits locaux.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Qui était Jean-Jacques Savin, décédé en voulant traverser l'Atlantique à la rame ?

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 390.000 cas positifs en 24h, nouvelle hausse des contaminations

"Plus de 50% de la viande consommée en France" est-elle halal ?

A l'hôpital, un quart des patients positifs au Covid-19 ont été admis pour un autre motif

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.