Jacob Blake : un adolescent arrêté après la mort de deux hommes en marge des manifestations

Description du sujet digitial
International

ÉTATS-UNIS - Un individu de 17 ans a été arrêté ce mercredi, soupçonné d'être l'auteur du meurtre de deux personnes survenus en marge de la manifestation qui s'est tenue à Kenosha, aux Etats-Unis, en réaction à l'affaire Jacob Blake.

Les manifestations organisées à Kenosha, aux Etats-Unis, ont été le théâtre de violences. Un adolescent de 17 ans a été arrêté ce mercredi, soupçonné d'être l'auteur de deux meurtres survenus en marge des protestations qui mêlaient émeutiers et groupes d'autodéfense armés à la suite d'une apparente bavure policière contre Jacob Blake, un Afro-américain visé dans le dos par la police.

Depuis la diffusion d'une vidéo de la scène, les manifestations s'enchaînent pour réclamer justice et l'interpellation des agents qui ont seulement été mis à pied pour l'instant. Les cortèges nocturnes ont souvent dégénéré en violences, avec des heurts entre les protestataires et les forces de l'ordre et de nombreuses dégradations. Malgré l'imposition d'un couvre-feu, le déploiement de 250 soldats de la Garde nationale et les appels au calme lancés par la famille de Jacob Blake, ce scénario s'est répété dans la nuit de mardi à mercredi. Dans ce contexte de tension extrême, deux personnes ont été tuées par balles et une troisième blessée peu avant minuit dans des circonstances qui restent assez confuses.

Facebook désactive des comptes d'extrême droite

L'individu de 17 ans, habitant le village voisin d'Antioch, à une trentaine de kilomètres, est soupçonné d'être l'auteur de ces tirs et a été interpellé en vue de son inculpation pour meurtre, a annoncé la police locale sans donner plus de détails. Selon les médias locaux, il a été vu en présence d'hommes armés qui se présentent comme des "milices" ou des "groupes d'autodéfense", désireux de protéger la ville. Le shérif du comté David Beth a confirmé leur présence dans le secteur, sans préciser si le tireur appartenait à ces groupes.

Selon des vidéos mises en ligne, le jeune homme blanc était armé d'un fusil d'assaut. Sur l'un des enregistrements, il semble s'enfuir alors qu'un autre jeune s'écroule au sol avec une balle dans la tête. Sur une autre, on le voit être poursuivi par un groupe, tomber à terre, se retourner l'arme à la main. Des tirs sont alors audibles.

Lire aussi

Facebook a retiré ce mercredi les comptes de l'adolescent et un événement de "Kenosha Guard",  qui appelait à prendre les armes avant la manifestation, d'après le site spécialisé The Verge. "A ce stade, nous n'avons trouvé aucune preuve sur Facebook suggérant que  le tireur suivait la page de Kenosha Guard ou qu'il ait été invité à leur événement. Cependant, cette page et cet événement enfreignaient notre nouvelle règle sur les organisations d'autodéfense et ont été retirés pour cette raison", a détaillé un porte-parole du réseau social.

Facebook a récemment banni ou restreint des milliers de comptes d'extrême droite, y compris quand ils n'organisent pas de violences, parce qu'ils "célèbrent des actes violents, montrent qu'ils ont des armes et suggèrent qu'ils vont les utiliser, ou ont des fans susceptibles de comportements violents".

En vidéo

Anti-racisme : le cas de conscience des marques

Le président américaine Donald Trump, qui a régulièrement défendu le droit au port d'armes et à l'autodéfense, un discours cher à sa base électorale, ne s'est pas exprimé sur cet épisode dramatique, mettant l'accent sur les débordements commis par les manifestants. "Nous ne tolérerons pas les pillages, les incendies criminels, la violence et l'anarchie dans les rues américaines", a tweeté le milliardaire républicain en promettant, selon son slogan de campagne pour la présidentielle du 3 novembre, de "rétablir la LOI et l'ORDRE!" à Kenosha.

Toute l'info sur

Jacob Blake : la nouvelle affaire qui choque l'Amérique

Affaire Jacob Blake : que s'est-il passé ?

La mère de Jacob Blake, lequel risque de rester paralysé à vie, a elle aussi imploré "tous ceux qui usent de la violence ou de la destruction d'arrêter""Je comprends votre douleur, votre frustration", a déclaré Julia Jackson sur ABC News. "Je sais que ce n'est pas seulement à cause de mon fils, mais  s'il-vous plaît, trouvez d'autres moyens" de vous exprimer.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : des élus de la Loire réclament l'assistance de l'armée pour aider les soignants

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent