"Je veux juste partir d’ici" : la jeune combattante allemande de Daech s’exprime pour la première fois

International

TERRORISME – Détenue à Bagdad, Linda W., la jeune djihadiste récemment arrêtée à Mossoul par l’armée irakienne, s’est confiée à des journalistes allemands pour la première fois depuis sa capture. L’adolescente de 16 ans, qui se dit prête à coopérer avec les autorités, espère pouvoir être extradée vers l’Allemagne.

Après avoir cautionné l’horreur, elle exprime presque des regrets. Partie rejoindre Daech il y a un an, en juillet 2016, Linda W., la jeune Allemande de 16 ans arrêtée la semaine dernière dans les décombres de Mossoul par l’armée irakienne, a confié ses premiers mots à des reporters du Süddeutsche Zeitung et de la télévision publique ARD. Des confidences rapportées ce lundi dans les colonnes du quotidien bavarois deux jours après que les autorités allemandes ont confirmé l’identité de la djihadiste. 

Détenue à Bagdad, l’adolescente dont les images de la capture ont fait le tour du monde semble aujourd’hui vivre un calvaire. Marquée par l’épilogue de la bataille qui a permis de reprendre la deuxième ville d’Irak aux terroristes, elle raconte s’être cachée durant plusieurs jours dans les sous-sols de la cité en ruine, non loin des rives du Tigre. "Je veux juste partir d’ici", dit-elle depuis l’infirmerie d’une caserne de la capitale irakienne où les djihadistes capturés sont emprisonnés, interrogés et soignés, sous haute protection militaire. 

Lire aussi

Quid de son avenir immédiat

Malgré un soleil de plomb et plus de 40°C à l’ombre, Linda est "étonnamment pâle", notent les journalistes. Une pâleur qui s’explique par le port du voile intégral, imposé aux femmes par les idéologues de l’organisation terroriste. Coiffée d’un foulard beige, la jeune Allemande originaire de la Saxe convertie à l’islam après s’être éprise pour un combattant sur les réseaux sociaux, ne sait pas de quoi son avenir immédiat sera fait. Elle ne cache pas son désarroi : "J’en ai assez de la guerre, de toutes ces armes, de ce bruit. (…) Je veux juste rentrer chez moi dans ma famille." 

Selon le journal munichois, Linda, légèrement blessée par balle par les tirs d'un hélicoptère, est actuellement détenue aux côtés de quatre de ses compatriotes, mais aussi d’une Française et deux Marocaines, dont le sort n’est pas non plus scellé. Prête à coopérer avec la justice d’après l’ARD, l’adolescente originaire de Pulsnitz, à une vingtaine de kilomètres de Dresde, souhaiterait être extradée vers l’Allemagne. Une possibilité qu’examineraient en ce moment les responsables diplomatiques, soucieux de pouvoir traduire leurs ressortissants devant les tribunaux selon leurs standards. 

En vidéo

Libérée de l’État islamique, Mossoul doit se reconstruire entièrement

Mais encore faut-il que les magistrats irakiens l’acceptent. Considérée comme extrêmement sensible dans le pays, la question du traitement des soldats de Daech est gérée dans les hautes sphères politiques et judiciaires. Mercredi, expliquant que les djihadistes français d’Irak bénéficiaient de l'aide consulaire de la France, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner soulignait d'ailleurs que les autorités irakiennes sont parfaitement habilitées à juger les combattants de Daech faits prisonniers. En 2015, l'ONU estimait à 2.0000 le nombre de djihadistes étrangers enrolés par le groupe terroriste en Syrie et en Irak.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter