Crise des sous-marins : Le Drian appelle l'UE à des "réflexions lourdes" face à une "rupture de confiance"

Crise des sous-marins : Le Drian appelle l'UE à des "réflexions lourdes" face à une "rupture de confiance"

GÉOSTRATÉGIE - Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères a insisté, à New York, sur la nécessité d'une autonomie stratégique des pays européens après l'épisode des sous-marins qui crée, selon lui, une "rupture de confiance" avec les États-Unis.

La crise diplomatique n'en finit pas et suscite de nouveaux développements géopolitiques. Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a dénoncé de nouveau, lundi, sur le sol américain, un "défaut de concertation" des États-Unis dans la crise des sous-marins avec la France et la "permanence de réflexes d'une époque que nous espérions révolue".

"Le sujet est d'abord celui de la rupture de confiance entre alliés", et cela "appelle des réflexions lourdes entre Européens", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à New York en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU. Une allusion claire à la volonté de la France d'un développement d'un pôle européen autonome sur le plan militaire.

Toute l'info sur

Affaire des sous-marins : une crise inédite entre la France, l'Australie et les États-Unis

"Le sujet est d'abord celui de la rupture de confiance entre alliés"

Le ministre est revenu une nouvelle fois sur la "brutalité de l'annonce" faite par le président américain Joe Biden, le 15 septembre, d'une nouvelle alliance stratégique avec l'Australie et le Royaume-Uni, torpillant par là même un contrat de sous-marins français à Canberra d'un montant de plus de 50 milliards d'euros. "L'alliance ça veut dire la transparence", "la prévisibilité", "l'explication", "se parler", "ne pas se cacher", a-t-il estimé, "tout ça nécessite aujourd'hui des clarifications".

Lire aussi

Cela s'apparente à "la permanence de réflexes d'une époque que nous espérions révolue", a insisté Jean-Yves Le Drian dans une allusion claire au mandat de l'ex-président américain Donald Trump. Le chef de la diplomatie française a déploré l'"orientation très confrontationelle" qui se dessine côté américain face à la Chine, estimant que les Européens devaient défendre un "modèle alternatif" passant plutôt par "une compétition", parfois "musclée". Le ministre a regretté que l'Europe soit "exclue" de la stratégie de Washington pour la région indo-pacifique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

Tir mortel d’Alec Baldwin : Donald Trump Jr. vend des t-shirts se moquant de l’acteur

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.