Jérusalem : nouvelle journée de violences, au moins trois morts côté palestinien

Jérusalem : nouvelle journée de violences, au moins trois morts côté palestinien

DirectLCI
CONFLIT - Trois Palestiniens ont été tués vendredi par les balles de soldats israéliens dans la bande de Gaza. Ils prenaient part aux manifestations contre la déclaration par Donald Trump reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël.

Dix jours après la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël, la tension ne retombe pas au Proche-Orient. De nouveaux heurts ont ainsi opposé Palestiniens et forces israéliennes ce vendredi, faisant deux morts et des dizaines de blessés parmi les Palestiniens. Ibrahim Abou Thouraya, âgé de 29 ans et amputé des deux jambes, Yasser Sokar, 32 ans, et Bassel Ismaïl, 24 ans, sont les cinquième et sixième Palestiniens à avoir été tués dans la bande de Gaza. 


Soit par des tirs israéliens le long de la frontière, soit par des frappes aériennes. Deux rassemblements se sont déroulés ce vendredi : dans la bande de Gaza, dirigée par le mouvement Hamas, des centaines de Palestiniens ont défié les forces israéliennes au pied de la barrière de béton et de métal qui ferme hermétiquement la frontière. C'est là qu'un des Palestiniens a été tué par balles lors des heurts et des dizaines ont été blessés, dont certains grièvement, selon les secours. 

"Nouvelle intifada" ?

A Jérusalem même, où 30.000 fidèles ont prié sur l'esplanade des Mosquées, selon la fondation qui administre le site, les policiers se sont vigoureusement empoignés dans la Vieille ville avec des dizaines de personnes sorties de la prière en agitant de grands drapeaux palestiniens. Une partie d'entre eux sont ensuite allés au contact des soldats et policiers israéliens, qui ont riposté aux jets de pierres de jeunes gens souvent masqués par des tirs à balles réelles ou en caoutchouc et des lacrymogènes, à Ramallah, Bethléem, Hébron, Qalandiya et près de Naplouse, en Cisjordanie. C'est d'ailleurs à Anata, une localité entre Jérusalem et la Cisjordanie occupée, que Bassel Ismaïl a, lui, été abattu.

En vidéo

VIDÉO - Tensions au proche-orient depuis l'annonce du déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem

Depuis le début des manifestations le 7 décembre, six Palestiniens ont été tués au total et des centaines blessés par les forces israéliennes. Des dizaines ont par ailleurs été arrêtées. Cependant, la protestation n'a pas pris pour l'instant les proportions appréhendées dans les Territoires palestiniens et le monde musulman, alors que la communauté internationale s'alarmait du risque d'une incontrôlable réaction en chaîne et que le Hamas prédisait "l'enfer" pour les intérêts américains.

En moins de 10 jours, 12 roquettes et obus ont été tirés de Gaza vers Israël. En réponse, l'armée a frappé 10 cibles dans le territoire. Pour des experts, dans une situation aussi volatile, le danger d'une escalade n'est jamais loin, même si Israël et le Hamas ne semblent pas y trouver leur intérêt pour le moment. Le Hamas, qui avait exhorté à une "nouvelle intifada" aussitôt après l'allocution du président américain Donald Trump sur Jérusalem le 6 décembre, a appelé à faire de chaque vendredi une "journée de rage".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter