Jérusalem : Macron invite Netanyahu à faire "des gestes courageux envers les Palestiniens"

DirectLCI
PAIX - Alors que la tension reste vive au Proche-Orient après la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, Emmanuel Macron a reçu ce dimanche à l’Élysée le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. S'ils ont rappelé leur souhait de trouver une solution pacifique au conflit israélo-palestinien, ils n’ont pas caché leurs désaccords sur les conditions pour y parvenir.

Donner une chance à la paix… Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, en visite à Paris, ont tous les deux prononcer ces mots lors d’une conférence de presse commune ce dimanche après-midi à l’Elysée. Mais leur position diffère sur la route à emprunter pour parvenir à la résolution du conflit israélo-palestinien. 


"La France demeure convaincue que la seule solution, conformément au droit international et à nos engagements de long terme, est de permettre l'établissement de deux Etats vivant côte à côte en paix, et que cela peut émerger par la négociation. Nous soutiendrons en tous cas toute initiative qui serait prise en ces sens", a déclaré le président français. 


Tout en condamnant les attaques qui ont visé Israël ces derniers jours, il a invité le Premier ministre israélien à mener "des gestes courageux envers les Palestiniens", citant notamment "le gel de la colonisation". Enfin, il réitéré sa désapprobation "des déclarations récentes du président des Etats-Unis, que la France juge contraires au droit international et dangereuses pour la paix", quelques jours après la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Sans surprise, Benjamin Netanyahu s’est lui félicité de la décision américaine. A ses yeux, "Jérusalem n'a jamais été la capitale d'un autre peuple (que celle du peuple juif, ndlr)". "La paix doit être basée sur des fondements, sur une vérité et sur le présent. C’est la seule façon de construire un avenir réaliste avec succès. […] Je pense que dès les Palestiniens accepteront cette réalité, nous pourrons avancer vers la paix", a-t-il ajouté, visiblement fermé à tout autre statut pour la ville sainte. 


Dans sa lancée, le Premier ministre israélien a aussi critiqué ceux qui ont une autre vision du conflit que la sienne. "A l’Unesco, aux Nations Unies et ailleurs, il y a une tendance à nier les liens millénaires entre le peuple juif et Jérusalem. C'est absurde", a-t-il lancé.

En vidéo

Netanyahu : ""Jerusalem n'a jamais été la capitale d'un autre peuple (que celle du peuple juif)"

Il a enfin violemment attaqué le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui avait accusé dans la matinée Israël de tuer des enfants. "Je n'ai pas de leçons de moralité à recevoir d'un dirigeant qui bombarde des villages kurdes en Turquie, qui emprisonne des journalistes, aide l'Iran à contourner les sanctions internationales et aide des terroristes, notamment à Gaza, à tuer des innocents", a-t-il répondu.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter