Jérusalem : 4 morts dans une attaque au camion bélier contre des soldats israéliens

International
DirectLCI
CAMION BÉLIER - Des soldats ont été pris pour cible par un camion ce dimanche sur une promenade publique de Jérusalem. Au moins quatre victimes sont à déplorer. Le porte-parole de la police parle d'une "attaque terroriste". Selon Benjamin Netanyahu, l'auteur des faits est un sympathisant de Daech.

L'horreur à Jérusalem. Un camion a foncé dimanche en début d'après-midi sur un groupe de soldats israéliens, faisant au moins quatre morts et dix-sept blessés, tous des militaires, le long d'une promenade populaire qui offre une vue d'ensemble sur la Vieille ville. Selon le Premier ministre Benjamin Netanyahu, l'auteur de l'attaque, qui a été tué, est un sympathisant de Daech. Un élément qui accrédite la piste de l'attentat terroriste, déjà privilégiee par les autorités. 


"Nous connaissons l'identité de l'assaillant qui, selon toutes les indications, soutient l'(organisation terroriste) Etat islamique", a déclaré le chef du gouvernement israélien. "Nous savons que les attentats se succèdent, de la France à Berlin et maintenant à Jérusalem, et il est probable qu'il y ait un lien entre eux", a-t-il poursuivi, plaçant cet attentat dans un contexte international et non dans celui du conflit israélo-palestinien.


Pour les médias palestiniens, le chaufeur du camion serait Fadi al-Qanbar, un habitant de Jérusalem-est, la partie palestinienne de la ville. La police a affirmé qu'il a finalement été tué par balles.

J'ai mis un chargeur dans mon fusil, je l'ai armé et j'ai ouvert le feuUn soldat israélien présent sur les lieux

Selon un témoin cité par Reuters, le camion s'est précipité sur les soldats avant de faire demi-tour pour leur foncer à nouveau dessus. Les militaires ont fini par répliquer et l'abattre. "Ils ont tiré jusqu'à ce qu'ils le neutralisent", a-t-il décrit. Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux atteste de la violence de l'attaque. 


"Nous avons d'abord pensé à un accident. Mais quand le chauffeur a continué sa route, nous avons compris qu'il s'agissait d'un attentat terroriste", a raconté un des soldats dans une vidéo diffusée par l'armée. 'Nous  avons couru vers le camion. J'ai mis un chargeur dans mon fusil, je l'ai armé et j'ai ouvert le feu."


Dans un communiqué, le président François Hollande a condamné cet "odieux attentat". "La France rappelle son attachement à la sécurité d’Israël et poursuivra sans relâche sa lutte contre le terrorisme", assure-t-il.

En vidéo

Attentat au camion bélier à Jérusalem : l'auteur venait de sortir de détention

Une attaque qui rappelle le contexte de fin 2015

Une série d'attaques au couteau, à l'arme à feu ou à la voiture-bélier, a commencé à l'automne 2015 en Cisjordanie, à Jérusalem et en Israël. Elle s'est poursuivie avec une intensité moindre ces derniers mois.  Avant dimanche, cette vague de violences a coûté la vie à 246 Palestiniens, 36 Israéliens, deux Américains, un Jordanien, un Érythréen et un Soudanais depuis le 1er octobre 2015, selon un décompte de l'AFP. 


La plupart des Palestiniens tués sont des auteurs ou auteurs présumés d'attaques anti-israéliennes, souvent commises à l'arme blanche par des jeunes gens isolés.

Le drame de dimanche intervient cinq jours après la condamnation, très médiatisée, d'un jeune soldat israélien accusé d'avoir achevé un assaillant palestinien blessé. Le sergent franco-israélien Elor Azaria, 20 ans, a été reconnu coupable d'homicide volontaire par un tribunal militaire israélien. Les juges devraient prendre plusieurs semaines avant de prononcer leur peine contre le sergent qui encourt 20 ans de prison.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter