"Jour historique", "trahison" : les réactions à l'accord entre Israël et les Emirats

Benjamin Netanyahu lors d' une conférence de presse à Jérusalem le 13 août 2020. Israël et les Émirats arabes unis ont convenu de normaliser leurs relations dans le cadre d'un accord historique négocié par les États-Unis.
International

DIPLOMATIE - Israël et les Emirats Arabes Unis ont annoncé ce jeudi la signature d'un accord de normalisation de leurs relations. Les réactions des pays impliqués et de la communauté internationale sont nombreuses.

Un "accord de paix historique". Le Président américain Donald Trump a annoncé ce jeudi la signature d'un traité entre Israël et les Emirats Arabes Unis. Selon les termes de celui-ci, l'Etat hébreu renoncera à ses projets d'annexion en Cisjordanie occupée. Un "pas décisif vers la paix au Moyen-Orient", a salué le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, tandis que le rival démocrate de Trump dans la course à la Maison Blanche, Joe Biden, a lui-même employé le qualificatif d'"historique"

"Une nouvelle ère"

Tandis que les Emirats Arabes Unis évoquaient une "victoire" pour la démocratie, le Premier ministre Israélien a affirmé y voir le début d'une "nouvelle ère" "dans les relations entre Israël et le monde arabe", se targuant d'avoir signé  "le troisième accord de paix avec un pays arabe" après ceux conclus avec l'Égyptien Anouar el-Sadate en 1979 puis avec le roi Hussein de Jordanie en 1994. A propos de la Cisjordanie, il a néanmoins affirmé ne pas avoir "renoncé" : "j'ai apporté la paix, je réaliserai l'annexion" a t-il soutenu. 

De son côté, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a salué "une étape" vers la "réalisation de la paix au Moyen-Orient". Même son de cloche du côté du Bahreïn qui "salue les efforts diplomatiques déployés par les Emirats arabes unis. Cette étape historique contribuera au renforcement de la stabilité et de la paix dans la région". 

Dans un communiqué, le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab, a évoqué une "étape historique qui voit la normalisation des relations entre deux grands amis du Royaume-Uni". Mais il a afirmé qu'il n'existait "pas de substitut pour des négociations directes entre les Palestiniens et Israël, seule solution pour parvenir à une solution à deux Etats et une paix durable". L'accord est "une contribution importante à la paix", a également estimé Berlin. 

La France a ensuite réagi en fin de soirée par la voix de Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères se félicitant de l'accord et de la "décision prise dans ce cadre" par l'Etat hébreu de "suspendre l'annexion de territoires palestiniens". "L’état d’esprit nouveau dont témoignent ces annonces doit désormais permettre la reprise des négociations entre Israéliens et Palestiniens en vue de l’établissement de deux Etats dans le cadre du droit international", a indiqué le quai d'Orsay dans un communiqué. Emmanuel Macron a salué également "une décision courageuse", dans un tweet publié vendredi. 

Lire aussi

L'Autorité palestinienne convoque une "réunion d'urgence" de la Ligue arabe

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a lui convoqué une "réunion d'urgence" de la Ligue arabe pour dénoncer cet accord. "Les dirigeants palestiniens rejettent ce que les Emirats arabes unis ont fait. Il s'agit d'une trahison de Jérusalem et de la cause palestinienne", a écrit dans un communiqué la direction palestinienne. Conséquence rapide, l'Autorité palestinienne a rappelé son ambassadeur à Abou Dhabi. 

La normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis "ne sert pas la cause palestinienne" et constitue un "chèque en blanc" pour la poursuite de "l'occupation" par l'Etat hébreu, a dénoncé de son côté le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza. 

Cet accord est une "stupidité stratégique d'Abou Dhabi et de Tel-Aviv qui renforcera sans aucun doute l'axe de résistance dans la région", a fustigé pour sa part, vendredi, le ministre iranien des Affaires étrangères dans un communiqué. "Le peuple opprimé de Palestine et toutes les nations libres du monde ne pardonneront jamais la normalisation des relations avec l'occupant et le régime criminel d'Israël et la complicité des crimes du régime", a déclaré le ministère.

"Les Emirats arabes unis s'efforcent de présenter cela comme une sorte de sacrifice pour la Palestine, alors qu'ils trahissent la cause palestinienne pour servir leurs petits intérêts", a réagi dans un communiqué le ministère turc des Affaires étrangères.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent