JT 13H - Entre espoir et inquiétude, la victoire de Trump est perçue différemment loin des États-Unis

DirectLCI
RÉACTIONS - Vladimir Poutine et plusieurs dirigeants d'extrême droite européens ont félicité le candidat républicain Donald Trump, après son élection à la Maison-Blanche. D'autres n'ont pas hésité à exprimer leurs réserves suite à cette victoire, expliquant espérer que les outrances ne se vérifieront pas dans les actes.

L'élection de Donald Trump a provoqué un séisme politique à travers le monde. Dans son premier discours en tant que président élu, il s'est engagé à "avoir des relations honnêtes avec les autres pays", précisant que les États-Unis s'entendront "avec tous les autres pays qui ont la volonté de s'entendre avec eux". 


Dans la foulée, les réactions internationales se sont succédé, où satisfaction des uns tranche avec l'inquiétude des autres. Même s'il a prédit un chemin difficile, Vladimir Poutine s'est dit prêt à travailler avec Trump. "Ce n'est pas de notre faute si nos relations sont à ce point dégradées. Mais la Russie est prête et souhaite restaurer ses relations avec les Etats-Unis dans leur ensemble", a déclaré le président russe, qui entretenait jusqu'alors des relations chaotiques avec Barack Obama. 

Ils attendent de voir avant de se prononcer

Plus en retenue, la chancelière allemande Angela Merkel, elle, a proposé à Trump une coopération étroite fondée sur le respect de la dignité de l'homme quelle que soit sa couleur, sa religion, des idées politiques ou son sexe. Son ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier s'est lui montré circonspect. "Rien ne sera simple. Beaucoup de choses vont devenir plus difficiles. Mais je veux croire que les relationsvont fonctionner, car elles sont un fondement de l'occident", a-t-il dit.


Renforcer les relations transatlantiques, c'est en substance ce que veulent le président du Conseil européen et de la Commission en proposant un sommet "dès que possible". "Ça ne va pas être facile, parce que pendant la campagne électorale, nous avons entendu des prises de positions protectionnistes... et aussi des paroles inquiétantes, sur les femmes, sur les minorités", a reconnu le président du Parlement européen Martin Schulz. Une réserve également exprimée par d'autres chefs d'État. Ceux-là espèrent que les outrances d'un candidat en campagne ne se vérifieront pas dans les actes du président.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 13h

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter