L'Afghane aux yeux verts en prison pour des soupçons de faux papiers

L'Afghane aux yeux verts  en prison pour des soupçons de faux papiers

TOUT UN SYMBOLE - Après avoir été arrêtée il y a une semaine pour des soupçons de détention de faux papiers, un tribunal pakistanais a rejeté mercredi la demande de libération conditionnelle de Sharbat Gula, la célèbre Afghane aux yeux verts, immortalisée par National Geographic.

Son visage a fait le tour du monde. Sharbat Gula, plus connue comme "l'Afghane aux yeux verts", qui avait fait la Une de National Geographic dans les années 80, a été arrêtée le 26 octobre par les autorités pakistanaises à Peshawar (nord du pays) après deux ans d'enquêtes. Soupçonnée de détenir de faux papiers, sa demande de libération conditionnelle a été rejetée mercredi 2 novembre. Elle risque jusqu'à 14 ans de prison.

Pour le photographe Steve McCurry qui avait immortalisé la jeune femme, à l'époque âgée de 12 ans, cette dernière "a été le symbole des réfugiés pendant des décennies, aujourd'hui elle est devenue le visage des migrants rejetés". Il parle aujourd'hui d'une "honteuse violation des droits de l'homme". 

Sharbat Gula has been the symbol of refugees for decades. Now she has become the face of unwanted migrants. As a widow, she has endeavored to raise her four children alone. She represents all brave women and men who will endure any pain and hardship to protect the most precious thing they have - their children. In the past few hours, we have made contact with a prominent human rights attorney in Pakistan, who will take her case. We urge the international community to speak out on her behalf and for the millions of others who simply need a place to live without fear.

Une photo publiée par Steve McCurry (@stevemccurryofficial) le

Le cliché avait été pris dans un camp de réfugiés afghans au Pakistan en 1984. L'orpheline avait fui à pied son pays qui était alors sous le joug de l'URSS.

Revoir cette affaire sous un angle humanitaire- Chaudhry Nisar Ali Khan, ministre de l'Intérieur pakistanais

Malgré cette récente décision de justice, le ministre de l'Intérieur pakistanais, Chaudhry Nisar Ali Khan, avait pourtant assuré dimanche qu'il entendait "revoir cette affaire (...) sous un angle humanitaire".

Selon le juge Farah Jamshed, Sharbat Gula a reçu deux documents d'identité. "En deux occasions, elle s'est donc fait passer pour une citoyenne pakistanaise, sans en avoir légalement obtenu le statut", explique-t-il. En 2014, elle avait fait une demande sous le nom de Sharbat Bibi.

Si les faits sont avérés, elle ferait partie de ces nombreux Afghans, qui tentent par tous les moyens de trouver refuge au Pakistan. Selon les chiffres du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ils seraient environ 1,4 million.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

    VIDÉO - Reprise du Covid-19 au Royaume-Uni : le relâchement des gestes barrière fait des ravages

    Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

    SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

    Refoulés à cause d'un faux pass sanitaire, ils tirent sur une discothèque et blessent un client

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.