L'aide internationale et l'environnement : les grands perdants de la hausse "historique" du budget de la Défense

COUPE DRASTIQUE - Le président américain Donald Trump a annoncé ce lundi une hausse "historique" du budget de la Défense, de l'ordre de 9%, soit 54 milliards de dollars. Une augmentation qui devrait engendrer des baisses significatives des budgets d'autres secteurs, comme l'environnement ou l'aide internationale.

Ce lundi, Donald Trump a annoncé une augmentation du budget de la Défense des Etats-Unis, qu’il a qualifié d’historique. Ainsi, conformément aux promesses de campagne, le Pentagone devrait bénéficier d’une enveloppe de 54 milliards de dollars, soit une progression de 9,2% par rapport au précédent budget.


"Ce budget est un budget de sécurité nationale et de sécurité publique", a déclaré le nouveau président américain lors d'une rencontre avec les gouverneurs des Etats fédéraux. "Il comprendra une hausse historique des dépenses en matière de Défense afin de rebâtir les capacités militaires des Etats-Unis en cette période où nous en avons tant besoin", a-t-il ajouté.

Nous allons faire plus avec moins.Donald Trump

Cette hausse historique devrait engendrer des coupes significatives dans d’autres ministères, notamment dans le fonctionnement de l’Etat fédéral.  En effet, le financement de cet effort "historique" devrait se faire en réduisant les dépenses chez d'autres. D’ici quelques jours, des baisses massives du budget du département d’Etat et de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) devraient être annoncées. 


Dans une interview accordée à Associated Press, le "Monsieur Ecologie" de Donald Trump, Myron Ebell, qui a quitté l’équipe de transition du président américain la semaine dernière, avait estimé à un milliard de dollars la coupe budgétaire réservée à l’Agence de protection de l’environnement, sur un budget annuel de 8 milliards. Selon Bloomberg, près de 15.000 postes dans ce secteur devraient être supprimés au niveau national, dont 8000 d’entre eux à Washington. Des mesures en totale cohérence avec les différents discours climatosceptiques prononcés ces derniers mois par le président américain.


"Nous allons faire plus avec moins, le gouvernement sera plus modeste et devra rendre des comptes", a promis Trump (qui n'économise pas, de son côté, les allers-retours dispendieux dans sa propriété de Floride). Le chef de l’Etat américain entend également déployer plus de moyens au développement des infrastructures aux Etats-Unis, là aussi conformément à ses engagements. Il présentera son plan dans ce domaine mardi 28 février devant le Congrès. "Nous allons commencer à dépenser beaucoup pour les infrastructures", a-t-il déclaré.

L'aide internationale revue à la baisse

L’aide internationale devrait également voir son budget largement revu à la baisse. Ainsi, le budget du département des Affaires étrangères, de l’ordre de 50 milliards de dollars, pourrait être réduit de 30 %, entraînant une grande restructuration. En revanche, les dépenses concernant la sécurité sociale et médicale ne devraient pas être affectées. Dans une lettre adressée aux responsables du Congrès, 120 anciens généraux et amiraux américains se sont élevés lundi contre ce coup qui pourrait être porté à la diplomatie et à l'aide internationale. 


"Nous savons, de par notre expérience sous l'uniforme, que de nombreuses crises auxquelles notre pays est confronté n'ont pas de solution uniquement militaire", écrivent les officiers, parmi lesquels figurent l'ancien chef d'état-major de l'US Army, George Casey, l'ancien directeur de la CIA et commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan. Pour rappel, l’administration Obama avait prévu une réduction des dépenses militaires, le budget y étant consacré pour 2018 étant estimé à 599 milliards de dollars, soit une réduction de 18 milliards par rapport au budget actuel.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet