"L'air que l’on respire est très étouffant" : à Sydney, ces Français nous racontent comment ils se préparent

"L'air que l’on respire est très étouffant" : à Sydney, ces Français nous racontent comment ils se préparent
International

TÉMOIGNAGES - Des dizaines d’incendies attisés par les vents violents et la sécheresse ravagent depuis plusieurs jours la côte est de l’Australie. Si la ville de Sydney n’est pas directement touchée, la propagation rapide des flammes laisse la population en alerte. Des Français expatriés racontent.

Alors que des incendies ravagent l’est de l’Australie depuis plusieurs jours, la ville de Sydney échappe pour le moment aux flammes, même si elles se rapprochent. Les habitants restent en alerte et certains ont reçu des consignes de sécurité. Pour LCI, des Français installés dans le plus grand pays de l’Océanie témoignent.

"L’odeur de fumée est vraiment très forte". Marion habite en plein cœur de Sydney, en centre-ville. Elle raconte avoir "été surprise par l’odeur de fumée et le ciel gris, dès lundi. Ce mardi, c’est encore pire", explique-t-elle. "Nous avons reçu des messages de nos responsables des ressources humaines pour nous autoriser à travailler de chez nous si notre zone d’habitation est touchée et nous occuper des enfants si leur école est fermée".

Une ville "plongée dans la fumée"

En ouvrant sa fenêtre, Marion peut même apercevoir les incendies. "On voit la démarcation des fumées, on sent du feu, le ciel est voilé et de couleur rouge". Même si elle connait cette situation, à cause des risques de feux réguliers dans la région, elle constate qu’elle n’a jamais ressenti "des odeurs aussi fortes et un ciel aussi marqué. On se sent impuissant et vraiment tout petit. Mais je ne suis pas dans une zone à risque, donc je me sens malgré tout en sécurité".

Patrick, lui, habite à 30 minutes au sud de Sydney. Il a "cette sensation bizarre de voir cette ville superbe plongée dans la fumée", mais constate avec joie la baisse des températures dans la soirée de mardi. "Un vent venu du sud a soudainement rafraîchi la température, qui est passé de 37 à 23 degrés. Cela a permis de balayer la fumée qui régnait sur Sydney toute la journée. C’est beaucoup mieux pour les habitants de la ville, mais cela va sûrement attiser les incendies au nord".

Lire aussi

"Il y avait de la fumée noire au-dessus de nos têtes"

Fethri, qui réside dans une zone rurale située dans le sud-ouest de Sydney, fait le même constat. "Le vent vient de se calmer, mais je suppose que cela ne va pas arranger les choses. Cette année, il fait tellement sec qu’il suffirait de quelques cendres pour qu’il y ait un départ de feu. On sent déjà vraiment la fumée, l’air que l’on respire est très étouffant". Depuis son domicile, il voit au loin la fumée qui ravage l’est australien, et se sent directement concerné. "On se dit toujours que ça n’arrive qu’aux autres..."

Plus au nord, près de la ville de Coffs Harbour, le ressenti est encore plus inquiétant. "Par moment, il y a une forte odeur, nous avons même eu une pluie de cendres le week-end dernier", raconte Angélique. "Au travail, je porte un masque parce que j’avais du mal à respirer. Avant la tombée de la nuit, il y avait de la fumée noire au-dessus de nos têtes. Nous avons également longuement entendu les sirènes de pompiers. J’imagine que les incendies sont tous proches".

Les feux de brousse se trouvaient mardi à quelques kilomètres du centre de Sydney, capitale de l'Etat de Nouvelle-Galles-du-Sud (sud-est). Des avions de lutte contre les incendies ont pulvérisé des produits retardant sur les arbres et les maisons d'une banlieue située au nord de la ville. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter