L'étoile de Donald Trump sur Hollywood Boulevard vandalisée

L'étoile de Donald Trump sur Hollywood Boulevard vandalisée

International
DirectLCI
INTERNATIONAL - C'est la deuxième fois en moins de deux ans que l'étoile du président américain est détruite sur le "Walk of Fame" de Hollywood. L'auteur de cet acte de vandalisme s'est rendu de lui-même à la police. Il a été relâché.

Il s'est réveillé à l'aube ce mercredi pour détruire à la pioche l'étoile de Donald Trump. Austin Clay avait dissimulé l'outil dans un étui à guitare. L'Américain s'est finalement rendu aux autorités de la ville de Los Angeles un peu plus tard dans la journée. Il a été relâché contre le paiement d'une caution de 20.000 dollars. Le président des États-Unis doit cette étoile hollywoodienne à son émission de téléréalité "The Apprentice" (NBC) à partir de 2004. 

Interrogé par l'AFP, Leron Gubler, directeur général de la Chambre de Commerce d'Hollywood, a exprimé sa lassitude face à ces dégradations répétées : "Quand les gens sont mécontents des gens auxquels nous rendons hommage, nous aimerions qu'ils manifestent leur colère de façon plus positive qu'en vandalisant un symbole de la Californie." 


L'étoile avait en effet déjà été vandalisée en octobre 2016, quelques semaines avant son élection à la présidence des États-Unis. James Otis, l'auteur de ce délit, avait été condamné à trois ans de liberté conditionnelle, 20 jours de service d'intérêt général, et une amende de 4000 dollars.

Quand les gens sont mécontents des gens auxquels nous rendons hommage, nous aimerions qu'ils manifestent leur colère de façon plus positive qu'en vandalisant un symbole de la Californie. Leron Gubler, directeur général de la Chambre de Commerce d'Hollywood

En vidéo

Un "Baby Trump" dans les rues de Londres

En juillet 2016, un artiste de rue avait emmuré l'étoile du président avec des parois de 15 centimètres de haut en bois et barbelés pour symboliser l'opposition à la promesse de campagne de construire un mur le long de la frontière mexicaine.


Auparavant, l'étoile du magnat de l'immobilier avait été rayée d'un grand X jaune et d'une croix gammée, recouverte d'un emoji en forme d'excrément, d'autocollants dénonçant le racisme et la corruption.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter