L'homosexualité dépénalisée en France il y a 35 ans : et ailleurs dans le monde, où en est-on ?

L'homosexualité dépénalisée en France il y a 35 ans : et ailleurs dans le monde, où en est-on ?

International
DirectLCI
HOMOPHOBIE - Le 27 juillet 1982, sous l'impulsion de François Mitterrand, la France dépénalisait l'homosexualité en abolissant une disposition du code pénal héritée du régime de Vichy. Mais trente cinq ans plus tard, ailleurs dans le monde, il reste encore beaucoup à faire.

Il y a trente-cinq ans, jour pour jour, l'Assemblée nationale abrogeait définitivement un article du code pénal aggravant les peines en cas d'"attentat aux moeurs sur mineurs" s'ils étaient commis par une personne de même sexe. Une dépénalisation de l'homosexualité dont se réjouissaient les associations LGBTQI à l'époque. 


Néanmoins, ailleurs dans le monde, beaucoup de chemin reste à parcourir pour que les homosexuels ne se retrouvent plus sous le coup de la justice à cause de leur seule orientation sexuelle. L'Ilga, association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, transexuels et intersexués, a établi de nouveaux chiffres en mai 2017 : selon elle, soixante-douze pays criminalisent toujours, à travers le monde, l'homosexualité. 

  • 1Des pays où l'homosexualité est passible de la peine de mort

    En Iran et au Yémen, les relations homosexuelles entre adultes sont punies de la peine maximale. Au Soudan, l'homosexualité est passible de la peine de mort pour les hommes dès la première relation. En ce qui concerne les femmes, les trois premières relations homosexuelles sont punies de cent coups de fouet, la quatrième de la peine de mort. 


    Aux Emirats arabes unis, les relations homosexuelles sont un crime. Elles peuvent être punies d'une amende, d'une peine de prison, d'une déportation ou de la peine de mort. En Mauritanie, où la Charia est appliquée, les couples de même sexe vivent sous la menace d'être punis de mort par lapidation publique. 


    Longtemps au Nigéria, les hommes gays encouraient la peine de mort dans plusieurs subdivisions administratives. Depuis 2014 et la promulgation d'une loi nationale, les personnes homosexuelles risquent de 10 à 14 ans de prison. 


    Et en Irak ? Jusqu'en 2001, l'homosexualité était légale dans ce pays. Puis une loi a été votée permettant de punir de la peine de mort les couples gays et lesbiens. Par ailleurs, en Tchétchénie, une enquête journalistique et de nombreux témoins affirment que les personnes homosexuelles sont placées dans des camps, torturées et tuées. Ce que le régime autoritaire de Kadyrov continue de nier. 

  • 2Des pays où l'homosexualité est passible d'une peine de prison

    Près de 70 pays dans le monde punissent l'homosexualité d'une peine de prison, aussi, nous ne les citerons pas tous. Mais sachez par exemple qu'en Algérie, un couple de même sexe peut être emprisonné de six mois à trois ans. Même chose en Tunisie où, même si les cas de poursuites pénales se font rares, la loi prévoit une sanction de trois ans de prison. 


    En Inde, les relations homosexuelles sont toujours punies par la loi aujourd'hui. Les personnes qui s'adonnent à des "relations charnelles contre l'ordre de la nature", comme l'indique le code pénal indien, écopent de peines allant de dix ans de prison à la perpétuité. 


    En Ethiopie, également, toute pratique homosexuelle reste un crime. Elle peut envoyer les gays et lesbiennes derrière les barreaux de trois à quinze ans. 

En vidéo

Mariage homosexuel : où est-on en Europe ?

Pour autant, même plus de 35 ans après la dépénalisation de l'homosexualité en France, les actes homophobes sont loin d'avoir disparu. Selon l'association SOS Homophobie, après deux années de baisse, "la haine envers les personnes lesbiennes, gays, bi et trans persiste, s'amplifie et s'ancre toujours aussi profondément dans notre société". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter