L'incroyable et dramatique histoire de triplés séparés à la naissance pour une expérience scientifique

DirectLCI
RÉCIT - La vie de triplés américains séparés à la naissance pour les besoins d'une étude comportementale a fait l'objet d'un documentaire présenté au festival Sundance, vendredi 26 janvier. Retour sur une histoire incroyable.

C’est une histoire digne d’un film et pourtant, elle est bien réelle. Bobby Shafran, Eddy Galland et David Kellman, des triplés nés le 12 juillet 1961, ont été séparés à la naissance pour les besoins d’une étude assez particulière, basée sur l’inné et l’acquis. Pendant près de 19 ans, ces trois frères ont ignoré l’existence de chacun.


C’est en 1980 que les retrouvailles s’amorcent, quand Bobby Shafran, qui effectue sa rentrée à l’université de Sullivan County, située au nord de New York, ne cesse d’entendre qu’un sosie, qui répond au nom d’Eddy Galland, vient de quitter ce même établissement. Lors de leur première rencontre, les deux jeunes hommes s’aperçoivent alors qu’ils sont nés le même jour, ont la même voix, les mêmes mains mais également les mêmes centres d’intérêt. C'est alors que la presse locale s'empare de l'histoire avant qu'un événement ne vienne bouleverser tout son déroulé.

Notre première rencontre était complètement surréaliste.Bobby Shafran, un des triplés.

De son côté, David Kellman découvre ainsi les images de ces deux hommes qui lui ressemblent énormément et s'intéresse à leurs vies. Il s'aperçoit alors qu'il est, lui aussi, né le même jour, et qu'ils ont, comme lui, été adoptés. Très vite, les trois frères sont réunis et l'histoire fait sensation, au point de les propulser en véritables vedettes à Manhattan. Ces derniers vont d'ailleurs faire une apparition dans un film au côté de la popstar Madonna, intitulé Recherche Susan désespérément.


Aujourd'hui âgé de 56 ans, Bobby Shafran raconte à l'AFP le jour où il a vu ses frères pour la première fois : "Notre première rencontre était complètement surréaliste. Tout ce qui arrivait était tellement irréel qu'on avait presque l'impression de rêver". Au-delà du conte de fées, c'est une réalité plus sombre qui va découler de ces retrouvailles. En effet, leur séparation à la naissance n'était pas le fruit du hasard mais faisait partie d'une expérience polémique sur l'inné et l'acquis, entamée dans les années 1960 par le psychanalyste Peter Neubauer. Ainsi, de multiples visites d'inspecteurs pendant leur enfance, et qui étaient censées alimenter "une étude sur le développement de l'enfant", servaient en réalité à des travaux sur l'évolution des triplés dans des environnements familiaux différents.

D'illustres inconnus à stars locales

"A l'époque, on ne se rendait vraiment pas compte à quel point le comportement de ces gens était monstrueux", explique David Kellman, qui révèle que les familles adoptives n'étaient pas non plus au courant. Après la folie entourant leurs retrouvailles, l'ouverture de leur restaurant commun, le "Triplets", fait également la Une des journaux. Malheureusement, l'aventure tourne court après plusieurs disputes sur la gestion du restaurant et la démission de Bobby Shafran. Dans un documentaire, Tim  Wardle raconte cette histoire folle intitulée Three Identical Strangers, présentée au festival américain de Sundance, vendredi 26 janvier.


A l'AFP, le réalisateur confie qu'il s'agit d'une "des histoires  les plus extraordinaires" qu'il ait jamais entendues. Outre raconter cette histoire à l'aide d'interviews et de reconstitutions, le documentaire suit aussi la descente aux enfers d'Eddy Galland qui, rongé par une dépression, finira par mettre fin à ses jours à l'âge de 33 ans. Tim Wardle raconte également comment il a rencontré les deux frères : "Ils ont été très chaleureux dès le départ mais il y avait aussi un degré de méfiance que je comprends totalement".

Un rapport de 100.000 pages sur leur enfance

Une fois le documentaire réalisé, le centre en charge de l'étude, qui a depuis été incorporé au "Jewish Board", une organisation spécialisée dans la santé mentale et offrant des soins aux New-Yorkais, a transmis un dossier gros de 100.000 pages de notes d'évaluation d'enfance aux deux frères, sans que ces documents n'évoquent les explications des travaux ni les conclusions. 


"Le Jewish Board n'approuve pas l'étude Neubauer", a simplement déclaré une porte-parole à l'AFP. "Ils parlent de nous comme des participants. Nous n'étions pas des participants, nous étions des victimes, a alors protesté David Kellman.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter