L'Irlande refuse les milliards d'Apple... pour garder sa fiscalité

International
SYNDROME DE STOCKHOLM - Quand la Commission européenne condamne Apple à verser 13 milliards d'euros à l'Irlande, celle-ci... veut faire appel. Le maintien de sa fiscalité reste la priorité.

 Alors qu'Apple a été condamné par la Commission européenne, mardi,  à verser 13 milliards d'euros à l'Irlande, celle-ci refuse l'argent. Cette décision pourrait paraître étrange. Ce serait mal connaître le système politique, et notamment fiscal, du pays.  Voici donc la réaction du gouvernement irlandais, par la voix de Michael Noonan, ministre des Finances, cité par Le Monde : "Je suis en désaccord profond avec la décision de la Commission [...] C’est nécessaire pour défendre l’intégrité de notre système fiscal, pour fournir une visibilité fiscale aux entreprises, et pour combattre l’intrusion des règles européennes […] dans les compétences souveraines d’un pays membre sur la fiscalité."


En clair : l'Irlande préfère que les multinationales restent chez elle pour deux bouchées de pain, plutôt qu'elles partent par peur d'avoir à payer des impôts. Le ministre entend même demander au gouvernement la permission de faire appel de la décision de la Commission.

Fiscal paradise

13 milliards d'euros, c'est quand même 23% du budget annuel de l'Irlande. Mais rien ne fait plier ce pays au sujet de sa fiscalité quasi inexistante pour les entreprises. Le Monde le rappelle : même en 2008, en pleine tempête de la crise économique qui a ruiné le pays, l'Irlande a conservé sa fiscalité, sauvée par les coupes budgétaires et les cures d'austérité.


Tom Cook, le patron d'Apple, profite du comportement de l'Irlande pour jouer les innocents : "Nous nous retrouvons dans la position inhabituelle d’être condamnés à payer rétroactivement des impôts à un gouvernement qui dit qu’on ne lui doit pas plus que ce qu’on a déjà payé". Reste à voir qu'elle sera la réaction de la Commission européenne...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter