L'Italie va bien rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19 pour les soignants

L'Italie va bien rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19 pour les soignants

IMMUNITÉ - Des internautes anti-vaccin alertent sur un nouveau décret pris en Italie qui rendrait obligatoire la vaccination contre le Covid chez les soignants. L'information est avérée.

C'est un des débats qui anime les Français jusqu'aux plus hautes sphères. Depuis le début du mois de mars, le gouvernement hésite à rendre obligatoire la vaccination contre le Covid chez les soignants. S'ils font partie des personnes les moins disposées à se faire vacciner, ce sont pourtant eux qui sont en contact avec les plus fragiles. Alors que ce débat n'est toujours pas tranché dans l'Hexagone, notre voisin italien s'est, quant à lui, décidé.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Une suspension prévue en cas de refus

Dans un décret publié ce jeudi 1er avril, le gouvernement italien a rendu obligatoire la vaccination contre le Covid pour tous les travailleurs des établissements de santé dans le secteur public ou privé. Et même les pharmaciens. En cas de refus, des sanctions sont prévues. Et pas des moindres. Le décret précise que s'il s'oppose à se faire immuniser, un salarié risque d'être suspendu au moins jusqu'à la fin de l'année 2021. Il lui est alors interdit d'exercer sa profession en lien avec le public. Le décret précise que l'employeur peut alors l'affecter à d'autres postes "qui n'impliquent pas de risque de propagation du coronavirus". Lorsque cette solution est impossible, alors le soignant est suspendu, sans aucune rémunération. Il ne toucherait donc plus de salaire jusqu'au 31 décembre. Les sanctions seront levées à partir du moment où l'employé acceptera de se faire vacciner.

Évidemment, "en cas de danger avéré pour la santé", la vaccination sera reportée ou rendue facultative.

Lire aussi

Un décret né d'une polémique début février

Selon le gouvernement, cette mesure doit permettre "de protéger autant que possible le personnel médical et paramédical" mais aussi "ceux qui se trouvent dans des environnements qui peuvent être plus exposés au risque d'infection".

Car en Italie, ce décret est né d'une polémique qui a indigné le pays. Début février, dans le service de gériatrie d'un hôpital de Rovigo, en Vénétie, vingt patients ont été diagnostiqués positifs au Covid-19 sur les seuls trente malades du service. Or, d'après les premiers éléments, ce foyer épidémique serait lié à deux infirmiers. Testés positifs, ils font partie "de la minorité d'agents qui avaient refusé de se faire vacciner" dans cet établissement sanitaire, comme le relatait la presse italienne

En vidéo

REPORTAGE - Pourquoi l'Italie se reconfine ?

Avec cette affaire, les messages s'étaient multipliés pour demander au gouvernement nouvellement formé d'agir. Entre autres exemples, le médiatique virologue Roberto Burioni, qui avait sommé le Premier ministre de mettre "fin à cette honte inacceptable des médecins qui refusent le vaccin" et qui "mettent leurs patients en danger"

Des propos similaires à ceux tenus par l'Académie de médecine, en France. Le 9 mars dernier, elle avait appelé à rendre obligatoire la vaccination chez ces travailleurs de première ligne, considérant "que l'hésitation vaccinale est éthiquement inacceptable chez les soignants".  

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Covid-19 : 30.472 personnes hospitalisées, 5914 patients en réanimation

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

100.000 morts du Covid en France : quel est le profil des victimes ?

Lire et commenter