L'Unicef tire la sonnette d'alarme : une "année cauchemardesque" pour les enfants victimes de conflits à travers le monde

L'Unicef tire la sonnette d'alarme : une "année cauchemardesque" pour les enfants victimes de conflits à travers le monde

International
DirectLCI
HORREUR - Dans son tout dernier rapport, l'Unicef fait le point sur la situation des enfants, victimes des conflits à travers le monde. L'Organisation des Nations Unies pointe une "année cauchemardesque".

2017 : "une année épouvantable pour les enfants victimes de conflits". C'est en ces termes que l'Unicef a qualifié l'année qui vient de s'écouler. En Syrie, en Birmanie, en Irak ou encore au Yemen et en Somalie, les enfants ne sont pas épargnés par les guerres et les conflits qui agitent certaines régions du globe. 


"Les enfants sont pris pour cible, utilisés comme bouclier humains, tués, mutilés, recrutés pour combattre (...) dans des proportions alarmantes", indique le rapport. "Les enfants sont pris pour cible et exposés à des attaques et des actes de violence chez eux, à l'école et sur leurs terrains de jeu", peut-on lire encore. 

Des chiffres et des situations alarmantes

Le bilan dressé par l'Unicef est plus qu'inquiétant. Ainsi, en Afghanistan, plus de 700 enfants ont été tués entre janvier et septembre 2017. En République démocratique du Congo, ce sont 850.000 enfants qui ont été chassés de chez eux : "Plus de 200 centres sanitaires et 400 écoles ont été attaqués", souligne encore l'Unicef. L'Organisation estime d'ailleurs "à 350.000 le nombre d'enfants atteints de malnutrition aiguë sévère", dans ce pays. Au Cameroun et au Nigéria, Boko Haram a forcé au moins 135 enfants à devenir des kamikazes : un chiffre cinq fois supérieur à l'année précédente. 


En Irak et en Syrie, les enfants sont parfois forcés à devenir des boucliers humains ou des prisonniers, ils sont également la cible de snipers et vivent sous des bombardements d'une rare violence. En novembre dernier, l'Unicef avait dénoncé la pire crise de malnutrition en Syrie depuis le début de la guerre en 2011, avec 11,9% des enfants de moins de cinq ans souffrant de sévère malnutrition, contre 2,1% en janvier. 

Malheureusement, les enfants Rohingyas sont eux aussi loins d'être épargnés. Ils souffrent des conséquences des tensions entre les Forces armées et les différentes ethnies qui les combattent. Au sud-Soudan encore, plus de 19.000 enfants ont été recrutés par des groupes armés et depuis le début du conflit en 2013 et plus de 2300 d'entre eux sont morts. 


En Ukraine, ce sont pas moins de 220.000 enfants qui vivent avec la menace constante des mines et des tensions. Au Yemen, après trois ans de conflits, plus de 11 millions d'enfants ont besoin d'une assistance humanitaire dont 1.8 millions qui souffrent de malnutrition. 


"Les chiffres réels étant probablement beaucoup plus élevés", indique l'Unicef. Elle estime d'ailleurs que dans ce pays, un enfant meurt toutes les 10 secondes, faute de soins basiques. Pour l'organisation, les parties prenantes de ces conflits doivent "s'acquitter de leurs obligations en matière de protection des enfants, et la communauté internationale faire plus pour les tenir responsables", dénonce le rapport. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter