La belle histoire du jour : à 16 ans, il fabrique une prothèse de main pour un enfant grâce à une imprimante 3D

La belle histoire du jour : à 16 ans, il fabrique une prothèse de main pour un enfant grâce à une imprimante 3D

International
DirectLCI
ETATS-UNIS – Un lycéen de 16 ans a créé grâce à une imprimante 3D une prothèse de main articulée pour un petit garçon de 9 ans, à qui il manquait 4 doigts.

Certains créent des armes avec une imprimante 3D, d'autres des prothèses de main. C'est ce qu'a réalisé un lycéen de 16 ans habitant Louisburg, dans le Kansas, pour un garçon de 9 ans, rapporte le Kansas city star . Matthew est né avec, à la main droite, un pouce et uniquement les premières phalanges de ses doigts. Malheureusement, à l'école, "chaque jour, les enfants lui demandaient : ''Qu'est-ce qu'il est arrivé à ta main ? Qu'est-ce qu'il est arrivé à ta main ?', raconte au journal Jennifer, sa mère adoptive. La honte commençait à s'insinuer en lui."

Néanmoins, le garçon, qui parvenait par exemple à lacer seul ses chaussures, ne réclamait pas de prothèse commerciale. Il faut dire que Jennifer, mère célibataire, n'avait pas les moyens de s'offrir une main artificielle à 18 000 euros. Mais un jour, Matthew montre à sa mère sur Internet une photo de la robohand, une main artificielle créée à partir d'une imprimante 3D et qui bouge en fonction des mouvements du poignet.

Une prothèse créée à partir d'une imprimante 3D

Cette robohand a été créée par l'Américain Ivan Owen et le Sud-Africain Richard Van As, qui avait perdu un doigt et plusieurs phalanges dans un accident de travail. Le prototype a vu le jour en novembre 2012, la première version créée grâce à une imprimante 3D en janvier 2013 et les plans pour le construire mis en ligne librement par les deux inventeurs. Jennifer espère alors faire elle-même la prothèse pour son fils mais les instructions "étaient trop compliquées". Elle pense donc à Mason Wilde.

Mason Wilde est un ado à la géo-trouvetout. L'an dernier, il a créé un ordinateur à partir de pièces recyclées. Pour lui, construire la prothèse est un jeu d'enfant. Il modifie d'ailleurs les plans pour qu'elle s'adapte à la main d'enfant de Matthew. Pour fabriquer les pièces, Mason utilise l'imprimante 3D de la bibliothèque municipale, ce qui lui prend huit heures. Puis il assemble les pièces et passe aux tests. La première fois que le petit garçon glisse sa main dans la prothèse, il court dans toute la maison en riant et en donnant des "high fives" à ses frères et à Mason. Et Matthew de dire de ce dernier : "Il est génial."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter