La belle histoire du jour : atteinte d'un cancer incurable, elle écrit à son fils pour le futur

La belle histoire du jour : atteinte d'un cancer incurable, elle écrit à son fils pour le futur

DirectLCI
ROYAUME-UNI - Une jeune mère de 33 ans atteinte d'un cancer généralisé a entrepris d'écrire des cartes à son petit garçon. Après sa mort, il en recevra à chaque anniversaire jusqu'à ses 21 ans, mais aussi pour son diplôme, son mariage…

"Je ne pouvais pas gâcher le temps qu'il me reste à vivre en pleurant". Forte de ce constat, Rowena, une britannique de 33 ans atteinte d'un cancer en phase terminale, a décidé de ne pas abdiquer face au destin. En tout cas, pas complètement. En attendant que la mort l'emporte, la jeune mère prépare à son fils de trois ans des souvenirs et des preuves d'amour qu'il recevra jusqu'à l'âge adulte, relate le Daily Mail .

C'est alors qu'elle portait Freddy, en 2010, que Rowena a commencé à ressentir les premières douleurs liées à son cancer de l'intestin. Mais sa jeunesse et sa grossesse faussent le diagnostic des médecins, qui ne trouveront ce qui la fait souffrir qu'en 2011, une semaine avant le premier anniversaire de son fils. "Ma première pensée n'a pas été la mort (…). C'était de trouver quel traitement pourrait me permettre de battre le cancer", explique la courageuse jeune femme. Mais deux ans plus tard, malgré la radiothérapie, la chimiothérapie et plusieurs opérations chirurgicales, le cancer s'étend, aux ovaires puis aux poumons et au foie. Cette fois, Rowena le sait : elle est condamnée.

"C'est dur de savoir que je ne serai pas là dans ces moments"

"Cela m'a brisée", reconnaît-elle. Sa première pensée va bien sûr à son fils. Comme tout jeune parent dans cette situation, Rowena est torturée par une interrogation : "se souviendra-t-il de moi ?" Afin de s'en assurer, elle met en place un véritable plan d'action, étalé sur… 21 ans. Jusqu'à cet âge-là, Freddy recevra en effet à chaque anniversaire une carte de sa maman, sur laquelle il pourra lire une phrase que sa mère a voulue "inspirante". Et ce, afin de l'accompagner dans les moments importants (diplôme, mariage…) et les difficultés de la vie. "C'est dur de savoir que je ne serai pas là dans ces moments (…) donc il pourra regarder ces cartes quand il voudra savoir que je suis près de lui et à quel point je l'aime", explique-t-elle.

Après réflexion, Rowena s'est toutefois rendu compte que cette correspondance posthume pourrait bien avoir un défaut : laisser penser à son fils que sa maman disparue était parfaite. "Trop de pression pour lui", juge-t-elle. Afin d'y remédier, elle a donc commencé à lui écrire, à une adresse email qu'il pourra ouvrir quand il sera grand. "J'y suis honnête avec lui sur qui je suis. Je luis dis que je peux être assez sèche avec les gens, et que souvent je dis des choses avant d'y penser et de m'excuser". A ce jour, Rowenna ne sait pas de combien de temps la vie, et les traitements médicaux, lui laisseront avec son fils. Elle profite donc de chaque instant possible avec lui. Tout en réfléchissant à d'autres moyens d'être présente dans sa vie une fois qu'elle aura disparu. Ps : I love you…

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter