La belle histoire du jour: elle fait vivre des aventures de rêve à sa chienne malade d’un cancer des os

La belle histoire du jour: elle fait vivre des aventures de rêve à sa chienne malade d’un cancer des os

ANIMAUX - Faire un tour de canoë, voir Times Square, manger un homard ou aller à une fête et rencontrer un chien mignon, telles sont les activités qu’une jeune américaine Lauren Fern Watt a fait faire à sa chienne Gizelle pour la gâter avant son décès.

L’amitié entre l’homme et l’animal peut souvent être très forte. Et Lauren Fern Watt, une jeune américaine, qui vit à new York avec sa chienne Gizelle, en est sûrement l’exemple incarné . Pourtant bouleversée par l’annonce de la maladie de son mastiff anglais, en phase terminale d’un cancer des os, et qui n’a plus qu’un mois à vivre, Lauren n’a pas choisi de se laisser aller à la tristesse et au déchirement.

Dans un texte publié sur Yahoo le 21 janvier, la jeune femme livre son projet en témoignant son affection pour Gizelle: "Cette chienne n'est pas seulement ma meilleure amie, elle est aussi ma colocataire et ma confidente", confie le jeune femme. "Je devais être forte, poursuit-elle. J’ai donc décidé que nous allions enterrer nos préoccupations dans un parc et établir la liste des aventures que nous voulions vivre avant sa mort".

"Manger le meilleur donut du monde, se déguiser en Père Noël, etc"

Cette jeune new-yorkaise a donc établi la liste d’un tas d’activités toutes plus folles les unes que les autres avant de parcourir les Etats-Unis pour accomplir "sa mission". "Faire un tour de canoë, voir Times Square, manger un homard, manger une glace, partir en voyage, lui faire des câlins autant que possible, passer une journée entière à Washington Square Park, aller à une fête et rencontrer un chien mignon, manger le meilleur donut du monde, se déguiser en Père Noël, etc." Telles ont été les aventures de Gizelle avant de "s’asseoir sur la plage en hiver", dans le Maine, la veille de son décès.

"Une partie de moi se demandait si c’était son plan à elle de m’emmener dans cette aventure tout en sachant qu’on terminerait seules sur une plage déserte", ajoute Lauren dans son essai. Avant de conclure: "C’est à ce moment-là que j’ai réalisé qu’il était temps de la laisser partir. (...) Même dans le vide de cette plage, je pouvais voir Gizelle courir librement, se rouler dans le sable, maladroitement effrayée par l'approche des vagues. Je savais qu’elle continuerait de vivre au travers de ces expériences, et que je lui ai donné la meilleure des existences que j’ai pu. Pour moi, c’était infiniment réparateur." Touchant.

LA BELLE HISTOIRE D'HIER
>>
Atteinte d'albinisme, elle reconnaît sa mère pour la première fois

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

EN DIRECT - Covid-19 : l'Occitanie déclenche le plan blanc dans tous les hôpitaux de la région

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Pour Christian Estrosi, Emmanuel Macron "a fait le job pendant cinq ans"

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.