La belle histoire du jour : elle obtient un diplôme à l'université où elle avait été abandonnée bébé

International
RÉSILIENCE - Une Californienne de 31 ans a fêté en famille son diplôme à l'université de San Francisco. Là même où elle avait été abandonnée, étant enfant.

C'est l'histoire d'une revanche magnifique sur la vie que raconte le site américain People . L'histoire de Jillian Sobol, nouvelle-née déposée par sa mère dans une laverie de l'Université d'Etat de San Francisco, en novembre 1984.

Un peu moins de 32 ans plus tard, la nouvelle née a bien grandi et est parvenue à obtenir un diplôme... de cette même université. Mais le chemin a été particulièrement long. En effet, la jeune femme n'a pas eu une scolarité des plus régulières, et la vie lui a réservé quelques montagnes russes comme peu en vivent. 

Car, de la laverie jusqu'à la cérémonie des diplômes, la route de la jeune femme a pris quelques détours. Le premier d'entre eux la ramène juste après sa découverte par deux étudiantes, dont une en infirmerie, qui a su lui apporter les soins nécessaires à sa survie avant l'arrivée d'un personnel plus compétent. Les recherches de ses parents biologiques ne donnant rien, le bébé est proposé à l'adoption. Ses parents seront Sam et Helene Sobol, et ils l'appelleront Jillian.

A 16 ans, l'apprentissage d'une intense vérité

Difficile, pour les parents d'enfants adoptés, d'expliquer à leur petit(e) qu'ils ne sont pas leurs géniteurs. Jillian sent pourtant bien qu'elle est différente. Volontiers communicative et extravertie, elle souffre également de dyslexie, ce qui ne facilite pas son parcours scolaire. Ce n'est qu'à 16 ans que sa mère lui apprend la vérité.

La nouvelle est choquante, mais la pédagogie de Helene Sobol fait merveille, comme en témoigne Jillian auprès de People : "Elle m'a fait comprendre que ma mère biologique devait avoir peur, parce qu'à l'époque, avoir un enfant sans être mariée n'était pas acceptable." L'empathie déborde sur la jeune fille et la conduit à vouloir plonger dans son passé. De nombreuses recherches plus tard, elle parvient à mettre la main sur son père, qui ignorait même qu'elle était née.

La rencontre, "géniale" aux dires de la jeune femme, la rassérène et lui permet d'identifier l'origine de son caractère si enthousiaste. Il lui sera impossible, en revanche, de trouver la force de répondre à sa mère qui, à son tour, a tenté de la contacter sur Facebook, après avoir reçu une lettre où elle la remerciait de lui avoir donné la vie.

De petite serveuse à gérante en hotellerie

Pendant ce temps-là, celle qui a un temps arrêté les études pour faire des petits boulots de serveuse entame une formation en hôtellerie au San Francisco College, bien plus tard que la moyenne des étudiants. Son retour aux études étant un succès, elle parvient à intégrer le cursus en management hôtelier de l'université de San Francisco, là même où elle a recommencé la vie, quelques instants après la fin de sa courte première existence.

Et voilà Jillian, quelques années plus tard, diplômée, entourée de deux familles, en route pour une vie dont elle aurait pu être privée si sur son chemin n'avaient pas été présentes certaines personnes. D'ailleurs, elle pense prendre contact avec sa génitrice, d'ici la fin de l'année. La boucle sera bouclée.

LA BELLE HISTOIRE D'HIER >> Tombé d'un bateau, il survit 20 heures sans gilet de sauvetage

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter