La belle histoire du jour : perdu dans le désert, il survit grâce aux mouches

La belle histoire du jour : perdu dans le désert, il survit grâce aux mouches

DirectLCI
KOH LANTA : La police, inquiète de son sort, l'avait recherché en vain. Avec l'eau des mares pour toute boisson et des insectes pour repas, un randonneur a survécu quinze jours dans l'arrière-pays australien. Il va bien et s'apprête à reprendre la route.

Les autorités australiennes et la presse dans laquelle il est apparu ces derniers mois le savaient : l'Allemand Daniel Dudzisz n'est pas un touriste ordinaire et il voyage à la dure. Daniel est diabétique, mais il voyage léger, ce n'est pas son genre de conserver l'insuline au frais, pas plus que d'avoir un gros sac à dos. Et il ne craint rien ni personne, pas même le combat à mains nues avec un kangourou, du moins c'est ce qu'il a raconté le mois dernier à un média local, parce qu'utiliser un couteau eût été déloyal. Une autre fois, il a bien failli être abattu par un fermier qui, justement, l'avait pris pour un marsupial. Pas de rancoeur. Daniel est un aventurier. Il aime la nature et ces rencontres inattendues que son périple à pied lui procure.

Le drôle de marcheur, porté disparu le 24 février

Ce personnage singulier, lancé dans une marche de plusieurs centaines de kilomètres à travers l'Australie, était donc bien cerné et l'on ne se faisait pas trop de souci pour lui, d'autant plus qu'il donnait régulièrement signe de vie. Oui, mais sans nouvelle depuis quinze jours alors qu'il pérégrinait dans l'Outback, l'arrière-pays aride et très peu peuplé de l'Australie, on a commencé à s'inquiéter et même à lancer des recherches à cheval, sur des quads, en hélico. Pour rien. Comme une fleur, Daniel est cependant réapparu jeudi soir, à la faveur d'une rencontre avec un motard qui passait par là et l'a sorti d'un mauvais pas. Vu son histoire, les médias se l'arracheraient, mais il reste droit dans ses bottes et ne parlera qu'au petit journal local qui s'était déjà intéressé à lui, rapporte le Brisbane Times. Il ne veut pas servir les autres qui ont trop de sous à son goût.

Un régime d'eau saumâtre et de mouches

Daniel Dudzisz avait prévu de marcher cent kilomètres entre Windorah et Jundah, dans l'Etat du Queensland, au nord-est de l'Australie. Le routard s'est retrouvé coincé sur une bande de terre entre deux rivières en crue et il a perdu sa route. Pas de quoi le déboussoler. Les autorités lui avait bien dit pourtant qu'il était sous-équipé, mais comme il le reconnaît, Daniel aime voyager "hardcore". Sa maigre réserve de haricots en conserve et de céréales épuisée, il a fait avec les moyens du bord. Façon Koh Lanta, ce garçon de 26 ans a su trouver de quoi boire entre les auges destinées aux boeufs et les flaques d'eau. Il s'est aussi trouvé à manger et plus qu'il n'en faut. "Je n'aurai jamais faim dans l'arrière-pays australien vu la quantité de mouches et donc de protéines que l'on peut y manger", a-t-il plaisanté à son retour à la civilisation. C'est ainsi qu'il s'est sustenté, agrémentant à l'occasion son menu d'autres insectes.

A noter : si Daniel parle au futur, c'est parce que cet épisode n'a en rien entamé sa volonté de repartir . Plus que jamais à pied, car son seul regret est d’avoir très ponctuellement cédé à la tentation de l’auto-stop.

Plus d'articles