La belle histoire du jour : tombée d'une falaise, elle est sauvée par un arbre... puis par Facebook

La belle histoire du jour : tombée d'une falaise, elle est sauvée par un arbre... puis par Facebook

DirectLCI
CROWDSOURCING - Sandi Allcock est tombée du haut d’une falaise lors de son voyage en Grèce. Miraculeusement retenue dans sa chute par un olivier, la Britannique n’a pu être localisée par les secours qu’après avoir posté sur Facebook une photo du lieu.

Certains sont morts en voulant faire un ie, elle a été sauvée en diffusant une photo sur Facebook. Victime d’une chute qui aurait pu s'avérer fatale lors de son voyage en Grèce, une Britannique du nom de Sandi Allcock n’a pu être retrouvée par les secours qu’après avoir posté sur le réseau social un cliché du lieu où elle se trouvait, selon le Daily Mirror samedi.

Ce petit miracle remonte à l’an dernier. Sandi, âgée de 55 ans, décide de partir en vacances en Crète en février 2014 après avoir perdu son emploi. Après quatre mois sur place avec sa soeur, elle se balade un jour de juin sur une falaise, qui longe le littoral. La marche tourne vite à l’horreur. Le sol se dérobe soudainement sous ses pieds et elle tombe dans le vide. Par chance, les branches d’un olivier la retiennent miraculeusement - mais abruptement - dans sa chute environ 100 mètres plus bas.

"Terrifiant" accident

La vacancière se souvient encore de la peur qui l’a envahie à cet instant où elle a frôlé le pire. "Quand j’ai ouvert les yeux, j’étais en train de vaciller sur une corniche, 300 mètres au-dessus du sol", raconte-t-elle dans les colonnes du quotidien britannique. "Mes bras étaient coincés dans deux buissons d’oliviers, qui m’avaient empêchée de me diriger tout droit vers ma mort. C’était terrifiant, je ne pouvais bouger que mon bras droit, le reste de mon corps était à l’agonie."

Elle réussit à sortir son iPhone de sa poche et contacte les secours. Impossible toutefois de leur dire où elle est : elle parvient seulement à décrire la falaise et la mer. Une heure après, les sauveteurs n’arrivent toujours pas à la localiser. Déshydratation à cause de la chaleur, batterie de téléphone atteignant un seuil critique... La quinquagénaire commence à désespérer. D’un coup, elle pense à photographier le paysage pour aider les services d’urgences. Problème : le cliché ne passe pas quand elle tente de le leur envoyer par SMS. Sandi le charge alors sur Facebook et passe son profil en public.

"Sauvée par Facebook"

C’est là que la magie des réseaux sociaux opère. Quelques minutes plus tard, un prof de plongée reconnaît le lieu et l’indique aux secouristes. Ceux-ci repèrent finalement le t-shirt bleu de Sandi, près de deux heures après l’accident. Il faudra huit heures pour aller la chercher et la mener à l’hôpital. Elle y passera trois semaines. Bilan : 20 os fracturés, dont huit côtes, le bassin, et les deux épaules.

Aujourd'hui, Sandi est toujours convalescente. Elle reconnaît avoir été incroyablement chanceuse de survivre à cette chute. "Personne ne m’aurait trouvée s’il n’y avait pas eu Facebook. Si je n’avais pas eu mon téléphone avec moi ce jour-là, il ne fait aucun doute que je serais morte sur ce rebord", explique-t-elle. La leçon est retenue : la rescapée assure qu’elle n’ira plus jamais faire de trekk sans avoir son smartphone chargé à plein.

A LIRE AUSSI
>> La belle histoire d'hier : SDF et leucémique, elle est relogée avec sa famille grâce à la générosité des internautes
>> Retrouvez toutes nos belles histoires du jour

 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter