La chanteuse pro-Trump Joy Villa accuse son ex-directeur de campagne d'agression sexuelle

La chanteuse pro-Trump Joy Villa accuse son ex-directeur de campagne d'agression sexuelle

International
DirectLCI
ACCUSATIONS - Pendant une soirée célébrant le premier anniversaire de la présidence Trump, Corey Lewandowski aurait à moult reprises donné des fessées à l'artiste pro-Trump Joy Villa. Ce qui ne serait pas la première agression de l'ex-bras droit du milliardaire envers une femme.

Il aurait eu à son égard des gestes totalement déplacés. La chanteuse Joy Villa a accusé l’ancien directeur de campagne du président américain Donald Trump de lui avoir donné une claque sur les fesses à plusieurs reprises lors d’une soirée à l’hôtel Trump International de Washington en novembre dernier, d'après  le site d’information Politico.

"Voici la photo de Corey Lewandowski avant qu'il ne me mette une fessée. Je lui ai dit d'arrêter et il l'a refait", a-t-elle déclaré sur Twitter. "J'ai été choquée et embarrassée par son comportement", a dénoncé la femme âgée de 26 ans.

Sentiment de toute-puissance

Il y a quelques mois, Joy Villa avait affiché son soutien à Trump en portant une robe floquée de l’inscription "Make America Great Again" lors des derniers Grammy Awards. Cette histoire se serait déroulée lors de la soirée en l’honneur du premier anniversaire de la présidence Trump, rapporte l'AFP.

Après ce double incident, la chanteuse raconte avoir prévenu Corey Lewandowski qu’elle pouvait le dénoncer pour agression sexuelle, celui-ci a répondu : "Vas-y, je travaille dans le secteur privé", avant de la frapper à nouveau.

En vidéo

VIDÉO - Un an de présidence Trump en tweets

Très loin d'être tout blanc

Le militant politique n'en est pas sa première agression. Et pour cause. Lewandowski avait été inculpé en mars 2016 pour avoir agrippé une journaliste (Michelle Fields) qui tentait de poser une question au successeur de Barack Obama lors d'un meeting.

 Cet acte avait été vigoureusement démenti par l'intéressé  mais confirmé par les images captées par une caméra  de vidéo surveillance. L'événement avait précipité la chute (le 20 juin 2016) de celui qui avait  été dans le sillage de Donald Trump pendant plus d'un an. Quand personne ne croyait à sa victoire pour la Maison Blanche.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter