La chanteuse Shakira et le prince Charles également mis en cause dans les "Paradise Papers"

DirectLCI
NOUVELLES RÉVÉLATIONS - La chanteuse Shakira et le prince Charles sont eux aussi cités dans l'affaire des "Paradise Papers". Les révélations font état de montages financiers destinés à placer une partie de leur avoir dans des paradis fiscaux.

Le réseau international de journalistes ICIJ, à l’origine des "Paradise Papers", continue de faire des révélations et de donner des noms de célébrités ayant recours à des pratiques d’optimisation fiscale à l’échelle mondiale. Et non des moindres. Ainsi, ce mardi soir, on apprend que la chanteuse colombienne Shakira et le prince Charles sont impliqués dans ces montages financiers.

Le Monde explique ainsi que Shakira a transféré, depuis 2007, ses droits d’auteurs, ses actifs musicaux, ses droits intellectuels et marques à Malte et au Luxembourg, deux parafis aux pratiques fiscales particulièrement douces. Interrogé par le quotidien, Ezequiel Camerini, un des avocats de la star colombienne, la défend en affirmant qu’elle a "toujours respecté les lois des juridictions dont elle dépendait". Résidente barcelonaise, Shakira a également dissimulé sa résidence aux Bahamas, qu’elle possède depuis 2004.

Mélange des genres

La famille royale britannique se retrouve une nouvelle fois trempée dans les "Paradise Papers". Après la reine Elizabeth II, c'est au tour du prince Charles d'être impliqué, au moyen d'un sérieux conflit d'intérêt. Il est ainsi reproché à l'héritier du trône d'avoir fait campagne pour changer certains accords climatiques en se gardant bien de dire que le duché de Cornouailles – le patrimoine foncier et immobilier à disposition de l’héritier au trône d’Angleterre - dont il tire la majorité de ses revenus (19 millions de livres en 2012-2012), y avait un intérêt. En effet, il venait d’investir dans une société basée aux Bermudes qui allait bénéficier de ses propositions. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter